Le pape médite à la Mosquée Bleue

— 

 
  — no credit

Le pape a d’abord enlevé ses chaussures puis il s’est recueilli en direction de La Mecque, jeudi lors de sa visite de la Mosquée Bleue à Istanbul. Un geste exceptionnel moins de trois mois après la violente polémique déclenchée par ses propos sur l'islam.

Cette visite a fait de Benoît XVI le deuxième pape de l'Histoire à entrer dans un lieu de culte musulman, après Jean Paul II qui s'était rendu dans la mosquée des Omeyyades à Damas lors d'une visite en Syrie en 2001.

Une méditation, «pas une prière»

Accompagné du grand mufti d'Istanbul Mustafa Cagrici et de l'imam de la mosquée Emanullah Hatiboglu, qui lui avoir expliqué comment les musulmans se recueillent devant le mihrab (niche de prière), le grand mufti a commencé à prier. Les mains croisés sur le ventre, le chef de l'Eglise catholique s'est alors recueilli pendant quelques minutes en silence, tourné vers La Mecque, le religieux musulman à ses côtés.

«Le pape s'est livré à une méditation, et certainement a adressé à Dieu sa pensée», a pris soin de préciser peu après le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. Officiellement, il ne s'agit donc pas d'une «prière». Jusqu'à présent le pape s'est toujours opposé à la prière en commun avec des croyants d'autres religions afin d'éviter toute confusion.

«Ce cadre veut être un message de fraternité, en souvenir de cette visite que je n'oublierai certainement pas», a souligné le pape. «Cette visite nous aidera à trouver ensemble les moyens et les chemins de la paix pour le bien de l'humanité», a-t-il ajouté.

Quelques minutes après que le pape eut quitté la mosquée, l'appel à la prière du soir a été chanté par le muezzin.

Protégé par un dispositif de sécurité sans précédent toute la journée, le pape avait auparavant visité un autre lieu sensible, la basilique-musée Sainte-Sophie. Construite au VIe siècle, la basilique a été convertie en mosquée en 1453, lors de la conquête de Constantinople, qui a pris le nom d'Istanbul sous les Ottomans.

«Valeurs chrétiennes»
Benoît XVI a réussi à apaiser une partie des tensions liées à sa visite, sa première dans un pays musulman, en apportant son soutien à la demande d'adhésion dela Turquie à l'Union européenne et en présentant l'islam comme une religion de paix. Mais dans la matinée, le pape avait adopté une position visiblement moins conciliante qu'au début de sa visite de quatre jours mardi en Turquie, soulignant l'importance des "valeurs chrétiennes" de l'Europe et la nécessité du respect des droits des minorités religieuses au moment où Ankara frappe à la porte de l'UE.

Dans une déclaration commune avec le patriarche oecuménique Bartholomée Ier, il a estimé que le respect de la liberté religieuse devait être un critère d'entrée dans l'Union européenne.

Selon Reuters, la visite de la Mosquée bleue a été ajoutée à la dernière minute au programme turc du pape en signe de respect pour l'islam.

Avec AFP et Reuters