Iles disputées: Le Japon et la Chine dans l'escalade verbale «guerre et paix»

INTERNATIONAL La nationalisation par Tokyo en 2012 de trois îles a mis le feu aux poudres...

avec AFP

— 

Le Japon a mis en garde dimanche contre le risque d'"événements imprévisibles" après l'établissement par la Chine d'une "zone d'identification de la défense aérienne" dont le tracé inclut des îles sous contrôle japonais.
Le Japon a mis en garde dimanche contre le risque d'"événements imprévisibles" après l'établissement par la Chine d'une "zone d'identification de la défense aérienne" dont le tracé inclut des îles sous contrôle japonais. — - Garde-côtes japonais

Pour la première fois depuis l'aggravation il y a un an de leur conflit territorial en mer de Chine orientale, Pékin et Tokyo ont employé ces derniers jours des mots qui se réfèrent à la guerre et à la paix, faisant craindre une possible escalade.

Ce mardi, le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, a déclaré que les incursions maritimes chinoises dans les eaux japonaises autour de l'archipel des Senkaku menaçaient la paix.

Ces «intrusions (...) constituent une zone grise» entre «temps de paix et situation d'urgence», a-t-il déclaré au lendemain d'une nouvelle incursion de bâtiments des garde-côtes chinois dans cette zone ultra-sensible au coeur du différend sino-japonais.

«Acte de guerre»

Samedi, le ministère chinois de la Défense avait de son côté utilisé l'expression «acte de guerre» pour mettre en garde Tokyo contre toute action éventuelle contre ses avions de chasse.

Pékin et Tokyo ne sont prêts à aucune concession sur les Senkaku, le nom japonais d'un petit archipel de mer de Chine orientale, revendiqué avec force par Pékin sous le nom de Diaoyu, mais administré par le Japon.

Samedi, lors d'une parade militaire à Tokyo, le Premier ministre de droite Shinzo Abe a averti qu'il «ne tolèrerait aucun changement par la force du statu quo» concernant cet archipel. Le même jour dans un entretien au Wall Street Journal, il a lui aussi donné dans le registre «guerre et paix»: «Si la Chine choisit de s'engager sur ce chemin, alors elle ne pourra pas s'en sortir de façon pacifique».

Les Senkaku/Diaoyu sont à 200 km au nord-est des côtes de Taïwan, qui les revendique également, et 400 km à l'ouest de l'île d'Okinawa (sud du Japon). Outre leur position stratégique, les fonds marins environnants pourraient renfermer des hydrocarbures.

La nationalisation par Tokyo en septembre 2012 de trois des cinq îles de l'archipel avait mis le feu aux poudres, déclenchant en Chine une semaine de manifestations antijaponaises, parfois violentes.