Ségolène Royal: sa réponse est «non»

— 

La candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007 en France, Ségolène Royal, est arrivée jeudi au Liban pour une visite de deux jours, son premier déplacement à l'étranger depuis son investiture.
La candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007 en France, Ségolène Royal, est arrivée jeudi au Liban pour une visite de deux jours, son premier déplacement à l'étranger depuis son investiture. — Haitham Mussawi AFP
Des responsables libanais ont «suggéré» à Ségolène Royal de quitter dès jeudi, pour raisons de sécurité, le Liban où elle était arrivée à la mi journée. Une «suggestion» à laquelle la candidate socialiste à la présidentielle a répondu «non».

Selon son directeur de campagne, elle a répondu: «"je reste parce que je ne veux pas donner de signal négatif, je veux rester à côté des Libanais"».

«Si elle part, cela signifie que l'on est au bord de la guerre civile. Elle a fait le choix sans hésitation de rester», a-t-il ajouté.

Jeudi en fin de matinée, le Hezbollah a appelé à une grande manifestation, vendredi, pour renverser le gouvernement libanais. Un appel qui a provoqué une hausse de tension dans la capitale. Certains n'hésitant pas à parler d'un risque de guerre civile.