Londres voit de la radioactivité partout

— 

Le gouvernement britannique a tenté lundi de rassurer le public après la mort de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko, même si des traces de radiations ont été détectées dans d'autres endroits de Londres et trois personnes invitées à passer des tests médicaux.
Le gouvernement britannique a tenté lundi de rassurer le public après la mort de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko, même si des traces de radiations ont été détectées dans d'autres endroits de Londres et trois personnes invitées à passer des tests médicaux. — Shaun Curry AFP

Les experts qui enquêtent sur la mort de l’ex-espion russe Alexander Litvinenko ont découvert des traces de radioactivité à douze endroits de la capitale anglaise, a déclaré jeudi au Parlement le Home secretary (ministre de l’Intérieur) John Reid. Le risque pour le public serait très faible, a-t-il assuré.

Des traces de radioactivité ont également été retrouvées dans plusieurs avions de ligne British Airways. Selon le détail des rotations publiées sur le site de la compagnie les trois Boeing 767 se sont rendus à Moscou entre le 3 et le 20 novembre. Mais aussi à Barcelone, Düsseldorf, Athènes, Larnaca, Stockholm, Istanbul, Madrid et Vienne. British Airways a précisé que les avions ont été retirés du service «jusqu'à nouvel ordre». 33.000 passagers seraient concernés.

La Russie a pour sa part annoncé jeudi qu’elle renforçait ses contrôles sur les avions des compagnies étrangères.

Ces rebondissements en appellent un autre : Andrei Lugovoi, qui avait rencontré Alexandre Litvinenko à Londres, le jour où l'ex-agent secret russe est tombé malade, a voyagé à bord d'un de ces avions. Ancien agent du KGB devenu homme d'affaires, il a affirmé qu'il n'avait rien à voir avec l'empoisonnement de son compatriote, ajoutant que des traces de substances radioactives pouvaient être trouvées sur quiconque est entré en contact avec Litvinkenko.

Un troisième Russe, Dimitri Kovtoun, était présent lors de cette rencontre au bar d'un hôtel du centre de Londres pour parler affaires. Les deux hommes devraient bientôt être interrogés par Scotland Yard.

Votre témoignage
Vous habitez à Londres ? Vous avez pris un des vols de British Airways concernés ? Envoyez votre témoignage à multimedia@20minutes.fr