Norvège: Deux ados en route pour la Syrie recherchées par Interpol

W. M. avec AFP

— 

Capture d'écran d'une vidéo du Monde.fr montrant des combattants rebelles en Syrie, au printemps 2013.
Capture d'écran d'une vidéo du Monde.fr montrant des combattants rebelles en Syrie, au printemps 2013. — 20 MINUTES

Les candidats au djihad ou à l’insurrection en Syrie se diversifient partout en Europe. Deux adolescentes norvégiennes sont parties clandestinement de leur pays en disant vouloir participer à la rébellion syrienne. La Norvège a saisi ce lundi Interpol.

Qui sont ces deux ados?

Ce sont deux jeunes filles de 16 et 19 ans. Norvégiennes, elles sont issues d’une famille venue de Somalie en 2000. Elles ont adressé un courrier électronique à leurs proches pour expliquer les raisons de leur départ. Leurs identités n’ont pas été dévoilées

Quand sont-elles parties?

Leur disparition a été signalée vendredi. «La famille […] est extrêmement préoccupée par les motifs du voyage et redoute qu'elles aient pu se rendre en Syrie», a indiqué la police norvégienne dans un communiqué. Selon les derniers renseignements, les deux adolescentes ont été observées à la frontière syrienne, a ajouté la police.

Pourquoi?

Les deux jeunes filles ont laissé une lettre. «Les musulmans sont maintenant attaqués de toutes parts et on doit faire quelque chose. Nous voulons absolument aider les musulmans et la seule façon d'aider est d'être avec eux dans leurs souffrances et dans leurs joies», ont-elles écrit, selon le journal populaire Verdens Gang (VG). «Ce n'est plus suffisant de rester chez soi et d'envoyer de l'argent. Ayant cela à l'esprit, nous avons décidé de partir en Syrie et d'aider là-bas en faisant tout ce qu'on pourra», ont-elles ajouté.

Selon VG, leur famille n'est pas particulièrement religieuse mais l'aînée se serait radicalisée récemment et aurait commencé à porter un niqab.

Est-ce courant en Norvège?

Selon les estimations des services de renseignement norvégiens, entre 30 et 40 personnes originaires de Norvège se sont rendues en Syrie pour y prendre part aux combats. «Les médias norvégiens ont déjà fait état de cas de femmes, mais 16 ans, c'est un cas particulier», a déclaré à l'AFP Trond Hugubakken, porte-parole de l'Agence de sécurité de la police (PST).