Un texto pour demander aux sans-papiers britanniques de rentrer chez eux

IMMGRATION 40.000 textos ont été envoyés par le gouvernement britannique à des immigrés en situation illégale...

avec AFP

— 

Illustration de texto.
Illustration de texto. — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

Le gouvernement britannique a envoyé des textos à près de 40.000 personnes soupçonnées d'être en situation irrégulière pour les inviter à se faire connaître et, le cas échéant, quitter le pays, a-t-on appris vendredi auprès du ministère de l'Intérieur.

«Merci de nous contacter»

«Message du ministère de l'Intérieur. Nos registres montrent que vous pourriez ne pas être en droit de rester au Royaume-Uni. Merci de nous contacter au 08443754636»: 39.100 personnes ont reçu ce texto entre septembre 2012 et juin 2013, selon les autorités britanniques. En ajoutant ceux contactés par courrier, e-mail ou téléphone fixe, ce sont 58.800 personnes au total à avoir ainsi été approchées.

Concert de critiques

«Là où nos registres indiquent que des personnes séjournent ici de manière illégale, il est essentiel que nous puissions les contacter parce que nous sommes déterminés à ce qu'elles retournent chez elles», a expliqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur à l'AFP. Qualifiée de «proactive» par le gouvernement, la méthode a soulevé des critiques au Royaume-Uni, notamment de la part d'un militant des droits civiques affirmant qu'il a lui-même reçu le fameux texto alors qu'il réside en Grande-Bretagne depuis 1966.

«J'étais totalement choqué et passablement horrifié de recevoir ce texto. Je suis arrivé ici en 1966 avec mes parents, je suis né en Afrique de l'Est et j'ai toujours eu un passeport britannique», s'est ému cet homme, Suresh Grover, dans le quotidien The Independent. C'est faux, a assuré à l'AFP le ministère de l'Intérieur qui, après vérification, n'a «pas trouvé trace d'un message envoyé à ce monsieur».

«Sur 58.800 personnes contactées, on a reçu 143 réclamations, dont 14, soit un nombre infinitésimal, ont été acceptées comme légitimes par Capita», la société privée chargée des messages, a ajouté le ministère.

Des camionnettes «Go Home»

Il a ajouté que la campagne «Go Home», testée pendant deux semaines en juillet à Londres, pourrait être étendue au reste du pays. Cette campagne avait mis en scène deux camionnettes sillonnant plusieurs quartiers londoniens à forte population étrangère. Elles étaient ornées d'une affiche géante représentant une paire de menottes et portant ce slogan: «Au Royaume-Uni de façon illégale ? Rentrez chez vous ou prenez le risque de vous faire arrêter». La tournée des camionnettes, appelées «racist vans» par leurs détracteurs, avait suscité une vive émotion en Grande-Bretagne jusqu'à diviser la coalition au pouvoir.