Nouvelle grève de la faim pour une des Pussy Riot emprisonnée en Russie

INTERNATIONAL La militante a quitté l'hôpital pour retourner dans un camp...

avec AFP

— 

Les trois membres de Pussy Riot sont assises derrière une glasse de verre lors de leur procès, le 17 août 2012 à Moscou.
Les trois membres de Pussy Riot sont assises derrière une glasse de verre lors de leur procès, le 17 août 2012 à Moscou. — AP Photo/Sergey Ponomarev

Nadejda Tolokonnikova, l'une des deux jeunes femmes emprisonnées du groupe contestataire russe Pussy Riot, a repris ce vendredi sa grève de la faim après avoir été transférée de l'hôpital dans le camp dont elle a dénoncé les conditions de détention.

«Aujourd'hui, Nadia (diminutif de Nadejda) a repris sa grève de la faim après avoir été transférée dans la colonie IK-14», a annoncé son époux, Piotr Verzilov, dans un communiqué.

Le service d'application des peines a confirmé cette information en soulignant que Tolokonnikova avait «écrit vendredi une déclaration annonçant qu'elle refusait de s'alimenter».

Hospitalisée au début du mois

«Nous considérons son retour à la colonie comme une nette dégradation de sa situation», a déclaré Piotr Verzilov à la radio Echo de Moscou en ajoutant que les autorités pénitentiaires avaient promis à ses avocats de la transférer dans un autre établissement.

«C'est une décision politique, une vengeance», a-t-il estimé.

Nadejda Tolokonnikova avait interrompu, après son hospitalisation le 1er octobre, sa grève de la faim entamée huit jours plus tôt pour protester contre des conditions qu'elle a décrites comme étant proches de l'«esclavage» dans son camp de travail.

Elle accuse le directeur adjoint du camp, Iouri Kouprianov, de l'avoir menacée de mort après la publication de sa lettre sur les conditions de détention rappelant des témoignages sur le Goulag soviétique.