Attaque de Nairobi: Le nom d'un suspect norvégien dévoilé

JUSTICE Adolescent, «il avait des vues très extrêmes, n'aimait pas la vie en Norvège», raconte un de ses anciens amis...

avec AFP

— 

NEWSCOM/SIPA

Il s'appelle Hassan Abdi Dhuhulow. Ce Norvégien d'origine somalienne de 23 ans est soupçonné par la police norvégienne d'être l'un des membres du commando islamiste ayant attaqué le centre commercial Westgate à Nairobi fin septembre, selon une enquête de la BBC.

Le jeune homme, né en Somalie, était arrivé en 1999 en Norvège où sa famille s'était réfugiée, selon des proches interrogés par la BBC à Larvik, ville située à 120 km au sud d'Oslo, dans cette enquête diffusée jeudi soir.

«Il avait des vues très extrêmes, n'aimait pas la vie en Norvège, (...) s'attirait des ennuis, se retrouvait dans des bagarres, son père était inquiet», a témoigné l'un de ses anciens voisins, Morten Henriksen, en décrivant le jeune homme quand il était adolescent.

4 à 6 islamistes

Les services de renseignement norvégiens, le PST, avaient annoncé le 10 octobre avoir ouvert une enquête pour établir l'implication éventuelle d'un ressortissant norvégien d'origine somalienne dans la planification et l'exécution de l'attaque, revendiquée par les insurgés islamistes shebab somaliens liés à Al-Qaïda.

L'agence de renseignement avait aussi indiqué que des enquêteurs norvégiens avaient été dépêchés à Nairobi pour collaborer avec leurs homologues kényans.

L'attaque du Westgate, qui a duré plusieurs jours à partir du 21 septembre, a fait au moins 67 morts et 23 disparus. Sur la base d'images de surveillance, les autorités kényanes ont revu à la baisse le nombre estimé des membres du commando: Nairobi parlait initialement de 10 à 15 islamistes. La police a indiqué ensuite que les agresseurs étaient en réalité certainement plutôt entre quatre et six.

La police kényane a annoncé pour le moment avoir identifié quatre assaillants: il s'agirait de trois Somaliens - Abu Baraal Al Sudani, Khatab Ali Khane et une personne présentée sous le seul nom de Umayr - et un Kényan d'origine somalienne, Omar Nabhan. Ces appellations sont toutefois des noms de guerre.

L'attaque du Westgate est le pire attentat perpétré sur le sol kényan depuis celui contre l'ambassade américaine de Nairobi en 1998, qui avait fait plus de 200 morts.