Etats-Unis: Obama met la pression aux républicains sur le «shutdown»

MONDE La date butoir du 17 octobre approche...

P.K. avec AFP

— 

Le président américain Barack Obama le 23 septembre 2013 à New-York.
Le président américain Barack Obama le 23 septembre 2013 à New-York. — Jin Lee/NEWSCOM/SIPA

Et si la fin du «shutdown» était proche? En conflit depuis le 1er octobre, le président américain et les élus du Congrès doivent forger un compromis budgétaire d'ici à jeudi pour écarter la menace du premier défaut de paiement de l'histoire des Etats-Unis. Au-delà de cette date, le Trésor américain a en effet prévenu qu'il ne pourrait plus emprunter et ne disposera que de 30 milliards de dollars pour assurer ses dépenses. Selon les analystes, il pourrait se retrouver en défaut de paiement le 5 novembre au plus tard.

«Des conséquences dévastatrices sur notre économie»

Un tel défaut «pourrait avoir des conséquences dévastatrices sur notre économie», a ajouté Barack Obama lors d'une visite surprise dans une ONG de Washington, qui sert des repas et fournit des vêtements aux SDF et familles défavorisées. Il a en profité pour mettre la pression sur ses adversaires, mettant en garde  contre des demandes «extrêmes» et prévenu que le risque de défaut des Etats-Unis était réel si cette crise «superflue» se prolongeait.

Optimiste, Barack Obama, a assuré que ses adversaires «peuvent résoudre ce problème dès aujourd'hui». Mais dans la foulée, le rendez-vous avec les chefs du Congrès prévu dans l’après-midi de lundi a été reporté. Raison officielle: «permettre aux chefs de file du Sénat de continuer à effectuer des progrès importants vers une solution pour relever le plafond de la dette et rouvrir les administrations». Un signe tout de même que la sortie de crise n’est pas pour tout de suite.