Inde: Au moins 91 morts dans une bousculade près d'un temple

DRAME Une rumeur a fait paniquer la foule...

A. S avec AFP

— 

Au moins 60 personnes sont mortes et plus de cent autres ont été blessées dans une bousculade près d'un temple hindou dans le centre de l'Inde, a annoncé un responsable de la police.
Au moins 60 personnes sont mortes et plus de cent autres ont été blessées dans une bousculade près d'un temple hindou dans le centre de l'Inde, a annoncé un responsable de la police. — Raveendran AFP

«Le bilan s'élève à présent à 91 morts et dix personnes sont dans un état critique», a déclaré à l'AFP le responsable local de la police, D.K. Arya, après la tragédie qui s'est déroulée dans le district de Datia, dans l'Etat du Madhya Pradesh (centre de l'Inde). Le précédent bilan faisait état de 60 morts

Selon «Times of India», l'incident s'est produit alors qu'une rumeur s'est propagée parmi les pélerins selon laquelle le pont qu'ils traversaient pour se rendre au temple était sur le point de s'effondrer.

Cette bousculade mortelle s'est produite alors que les hindous célèbrent Navaratri, en l'honneur de la déesse Dourga, des célébrations qui attirent des millions de personnes dans les temples.

 

 

Selon des sources policières, environ 20.000 personnes se trouvaient sur le pont enjambant le Sind quand s'est déclenchée la bousculade. La foule avait afflué tôt le matin sur le site pour célébrer la fin de Navaratri et jusqu'à 400.000 fidèles étaient déjà présents autour du temple de Ratangarh, situé à environ 350 km de Bhopal, la capitale de l'Etat.

Questions sur l'attitude de la police

«La police a chargé avec des lathis pendant la panique, ce qui a aggravé la situation et poussé de nombreuses personnes à sauter du pont", a expliqué Manoj Sharma, habitant d'un village proche, au Times of India. Selon le ministre de l'Intérieur de l'Etat, Uma Shakar Gupta, la cause de la bousculade n'est pas encore connue, mais il a démenti que les mesures de sécurité aient pu être inadaptées. «La sécurité était assurée, il s'agit d'un événement annuel.»

Selon le député de la région, Ashok Argal, la faute incombe à la foule qui s'est précipitée sur le pont. «Il est faux de dire que l'administration a mal géré l'événement. Elle avait pris des mesures pour éviter tout incident malheureux», a-t-il déclaré à l'AFP. «Les gens se montrent parfois peu coopératifs et toujours pressés, ce qui est à l'origine de ce malheureux incident», a ajouté le parlementaire.

Selon le Times of India, la foule a jeté des pierres en direction de la police face à la lenteur des opérations de secours. La densité de la circulation a rendu difficile l'accès aux blessés et leur transport vers les hôpitaux. Une vingtaine de médecins ont cependant réussi à accéder sur les lieux de la tragédie et les hôpitaux se préparaient à accueillir l'afflux des blessés, ajoute le quotidien sur son site Internet. Le ministre en chef de l'Etat, Shivraj Singh Chouan, a annoncé une indemnisation de 150.000 roupies (2.000 euros) pour les familles des personnes décédées et 50.000 roupies pour les proches des blessés.