Images des forces armées maltaises qui montrent des survivants du naufrage survenu le 11 octobre 2013 au large de Malte.
Images des forces armées maltaises qui montrent des survivants du naufrage survenu le 11 octobre 2013 au large de Malte. — AP/SIPA

IMMIGRATION

VIDEO. Nouveau bilan de 33 morts dans le naufrage au large de Malte

Les secours se concentrent désormais sur la recherche de corps...

La Méditerranée s'est à nouveau transformée en cimetière après un naufrage au sud de Malte qui a coûté la vie vendredi à des dizaines de migrants, en majorité syriens, huit jours après la mort près de Lampedusa de 359 personnes fuyant la Corne de l'Afrique.

Selon les autorités maltaises, interrogées par un correspondant de l'AFP, le bilan officiel était samedi soir de 33 corps récupérés, en majorité des femmes et des enfants, mais il pourrait encore évoluer, le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), citant des migrants, ayant précisé que «le bateau serait parti de Zwara (Libye), avec à son bord entre 300 et 400 personnes, pour la plupart de nationalité syrienne et palestinienne». Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, a déploré que la «Méditerranée soit en train de devenir un cimetière». Dans l'après-midi, un porte-parole du ministère maltais de l'Intérieur a admis qu'étant donné qu'il était désormais «peu probable de retrouver quelqu'un de vivant», les opérations de secours se concentraient sur la recherche des corps, qui se poursuivaient encore samedi soir à la lumière des phares. Les secours sont parvenus toutefois à sauver près de 200 personnes.

Parmi les 146 survivants interrogés par la police maltaise à leur arrivée, 117 se sont dits Syriens, 27 ont indiqué qu'ils venaient de Palestine, un du Liban et un autre de Tunisie, a ajouté le porte-parole.

«Il y avait des centaines de personnes à la mer»

Interrogé par le journal Times of Malta, le capitaine du bateau ayant repêché les réfugiés a confié qu'il faisait ce «travail depuis environ 10 ans et que cette opération (avait été) la plus difficile de sa carrière», «plus dramatique que toutes celles du même type» auxquelles il avait participé. «Il y avait des centaines de personnes à la mer, certaines flottant sans vie», a raconté le major Russel Caruana à sa descente à terre.

L'accident s'est produit au centre d'un triangle entre Malte, la Libye et Lampedusa, à 60 milles (environ 110 km) des côtes maltaises. Selon la marine maltaise, le bateau a été déstabilisé et s'est renversé lorsque les immigrants se sont agités pour attirer l'attention d'un avion militaire qui le survolait, se déplaçant tous ensemble sur un côté.

Des navires de secours et des hélicoptères ont été rapidement dépêchés sur place, et plusieurs navires commerciaux ont été déroutés sur les lieux de l'accident, tandis que les autorités italiennes envoyaient deux navires militaires et des hélicoptères qui ont pu lancer des chaloupes de sauvetage gonflables.