Le pape accueilli en Turquie par le Premier ministre

©2006 20 minutes

— 

Le pape sera de mardi à vendredi en Turquie, où il se rendra à Ankara et Ephèse (ouest) avant de gagner Istanbul mercredi soir.
Le pape sera de mardi à vendredi en Turquie, où il se rendra à Ankara et Ephèse (ouest) avant de gagner Istanbul mercredi soir. — Andreas Solaro AFP

Un geste exceptionnel, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan a accueilli personnellement, mardi midi, le pape Benoît XVI à l'aéroport d'Ankara.

Le souverain pontife effectue aujourd'hui une visite particulièrement délicate en Turquie où il sera reçu à Ankara, avant de se rendre à Ephèse et Istanbul.

Il tentera de faire un pas pour un rapprochement entre chrétiens et musulmans, malgré un climat de nervosité évident.

Le 12 septembre, dans un discours prononcé à Ratisbonne (Allemagne), le pape avait cité un dialogue du XIVe siècle où l'empereur byzantin Manuel II Paléologue voyait une contradiction entre islam et raison. Des propos condamnés dans tout le monde musulman.

Mardi après-midi, il s'entretiendra avec Ali Bardakoglu, le directeur des affaires religieuses, fonctionnaire d'Etat dans le système laïc turc. Plus haute autorité musulmane du pays, le grand mufti avait critiqué Benoît XVI après son discours, s'opposant même à sa visite. Hier, il a encore estimé que « la visite du pape (...) est un pas insuffisant pour ouvrir la porte du dialogue et faire oublier la rancoeur ».

A Istanbul, Benoît XVI effectuera deux visites très symboliques. Celle de l'ancienne basilique byzantine Sainte-Sophie convertie en musée pourrait exciter la colère des Loups gris, un groupe d'ultranationalistes.

Celle de la grande mosquée bleue, programmée à la dernière minute, devrait être perçue comme un geste de paix. Jean Paul II avait fait le même parcours en 1979.

Le gouvernement, peu enthousiaste, ne souhaite pas d'anicroche. « La Turquie doit montrer son hospitalité », a demandé le chef de la diplomatie Abdullah Gül. Et le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, accordera finalement un entretien au pape, à l'aéroport, avant de s'envoler pour le sommet de l'Otan en Lettonie. Initialement, aucune rencontre n'était prévue.

A Istanbul, Guillaume Perrier