Corée du Nord: L’ex de Kim Jong-un a bien été exécutée à cause d’une «sex-tape»

Vincent Vantighem

— 

Capture d'écran de la «sextape» qui aurait valu son exécution à l'ex petite-amie du dictateur nord-coréen, Kim-jong Un.
Capture d'écran de la «sextape» qui aurait valu son exécution à l'ex petite-amie du dictateur nord-coréen, Kim-jong Un. — 20 MINUTES

Jusqu’à présent, on ne connaissait d’elle que son amour incommensurable pour la patrie. Auteure de chansons telles que «I love Pyongyang» («J’aime Pyongyang») ou «We are troops of the party» («Nous sommes les troupes du parti»), Hyon Song-wol aurait pourtant bien été exécutée, le 20 août dernier, par les autorités nord-coréennes. Ancienne petite amie du dirigeant Kim Jong-un, elle aurait été fusillée avec onze membres de son groupe de musique pour s’être livrée à des ébats sexuels devant une caméra avant de tenter d’en commercialiser les copies avec son mari actuel.

De fait, la vidéo en question ne serait pas vraiment pornographique selon les critères occidentaux puisqu'il s'agit simplement d'une danse montrant la jeune femme et des danseuses, vêtues de robes fendues et les épaules dénudées.

>> Regardez la vidéo en question


La vidéo qui a coûté la vie à l'ex de Kim Jong-un par 20Minutes

La rumeur qui courait depuis fin-août a donc été confirmée, mardi, par le chef des services secrets sud-coréens. Invité à s’exprimer lors d’une session parlementaire à huis-clos, Nam Jae-Joon a ainsi déclaré «être au courant de l’exécution par balles d’une dizaine de personnes associées avec l’orchestre Unhasu».

L’orchestre Unhasu est justement celui dans lequel se produisait la jeune femme, connue comme étant donc l’ancienne petite amie du dirigeant nord-coréen. Kim Jong-un l’avait rencontrée il y a une dizaine d’années. La romance entre les deux personnes aurait cessé à cause de la désapprobation du père de l’actuel dictateur.

En mars 2012, l’orchestre Unhasu s’était d’ailleurs produit à Paris aux côtés de l’Orchestre philarmonique de Radio France, sous la baguette du chef sud-coréen Myung-Whun Chung, ce qui constituait une première en Europe.

>> Regardez la vidéo de la performance

Confrontée à ces nouvelles révélations, la Corée du Nord a démenti les informations de la presse sur ces exécutions. Ces annonces sont l'œuvre de «psychopathes» et de «dingues de la confrontation» au sein du gouvernement et des médias sud-coréens, a rétorqué l'agence nord-coréenne KCNA, porte-voix du régime communiste.

Dans un effort apparent de répondre à ces informations, la radio nord-coréenne Pyongyang Bangsong a diffusé un quintette, «Hymne à la mère-patrie», joué selon la radio par l'orchestre Unhasu, sous la direction du chef Ri Myong-Il.