Arctic Sunrise: Les Pays-Bas lancent une action juridique contre la Russie

PLANETE Le bateau transportait 28 militants de Greenpeace et a été arraisonné par un commando héliporté des garde-côtes russes...

avec AFP

— 

Le brise-glace de l'ONG Greenpeace, qui voulait dénoncer des explorations pétrolières de Gazprom, a été pris d'assaut par le FSB.
Le brise-glace de l'ONG Greenpeace, qui voulait dénoncer des explorations pétrolières de Gazprom, a été pris d'assaut par le FSB. — DENIS SINYAKOV / GREENPEACE / AFP

Les Pays-Bas ont annoncé ce vendredi avoir entamé une procédure juridique contre la Russie pour obtenir la libération des 30 membres de l'équipage d'un bateau de Greenpeace, l'Arctic Sunrise, interpellés dans le cadre d'une opération contre une plateforme pétrolière russe dans l'Arctique.

«L'Arctic Sunrise battant pavillon néerlandais, les Pays-Bas ont engagé aujourd'hui une procédure d'arbitrage sur la base de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer», a indiqué le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans, dans une lettre adressée aux députés.

L'équipage de l'Arctic Sunrise avait été placé en détention à Mourmansk et dans sa région à la suite de l'arraisonnement le 19 septembre en mer de Barents (Arctique russe) de l'Arctic Sunrise par un commando héliporté des garde-côtes russes.

Les Russes auraient dû demander aux Pays-Bas

Plusieurs de ces militants avaient tenté d'escalader une plateforme pétrolière du géant russe Gazprom pour dénoncer les risques qu'elle fait, selon l'organisation de défense de l'environnement Greenpeace, courir à l'environnement.

La Haye estime que l'arraisonnement du bateau et l'arrestation de l'équipage sont «illégaux» car les Russes auraient dû demander aux Pays-Bas la permission d'interpeller l'Arctic Sunrise, celui-ci battant pavillon néerlandais, a expliqué à l'AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Friso Wijnen.

Inculpés de piraterie, les membres de l'équipage encourent jusqu'à 15 ans de prison.

Greenpeace a immédiatement «applaudi» la décision néerlandaise. «Les Pays-Bas ont pris une position ferme en vue de la défense de la loi et du droit à la protestation pacifique», a déclaré Jasper Teulings, avocat de Greenpeace, cité dans un communiqué.