Washington: Une femme tuée après une course-poursuite avec la police

ETATS-UNIS La conductrice a semé la panique

avec AFP

— 

Le théâtre de la fin d'une course-poursuite et d'un échange de coups de feu près du Congrès américain à Washington le 3 octobre 2013.
Le théâtre de la fin d'une course-poursuite et d'un échange de coups de feu près du Congrès américain à Washington le 3 octobre 2013. — JIM WATSON / AFP

La police a tué jeudi une automobiliste après une course-poursuite dans les rues de Washington entre la Maison Blanche et le Congrès, qui a entraîné la fermeture temporaire du Parlement et suscité une légère panique.

>>L'incident en vidéo

En tout début d'après-midi, une voiture –à bord de laquelle se trouvait également un bébé d'un an, sorti indemne de l'incident– a tenté de franchir une barrière près de la Maison Blanche.

Sur les images d'une vidéo diffusée par les chaînes américaines, le coupé noir, à l'arrêt, est mis en joue par une demi-douzaine d'agents. Puis, sans trop de difficultés, le véhicule s'extrait du barrage en reculant et des voitures de police se lancent à sa poursuite. Pris en chasse, le coupé se dirige vers le Capitole, situé 2,5 km plus loin, qui abrite les deux chambres du Parlement.

La femme touchée par des coups de feu

La femme qui était au volant de la voiture est morte après avoir été atteinte par des coups de feu, a indiqué lors d'une conférence de presse la chef de la police de Washington DC Cathy Lanier, qui a refusé de donner davantage de détails sur la suspecte. Selon les médias américains, elle n'était pas armée. Deux policiers ont également été blessés dans l'incident.

Pendant la course poursuite, des coups de feu on été tirés à deux endroits, a précisé Lanier, quand la voiture a d'abord foncé contre un véhicule des services secrets puis lorsqu'elle a terminé sa course contre un barrage de la police près du Capitole. «Nous n'avons aucune information qui laisse penser que (l'incident) est lié au terrorisme ou qu'il puisse s'agir d'autre chose que d'un incident isolé», a aussi indiqué Kim Dine.

Alerte levée après 30 minutes

A intervalles réguliers, un message diffusé par hauts-parleurs invitait les employés du Congrès et les élus à «rester calfeutrés» à l'intérieur du bâtiment. Par dizaines, des policiers armés ont alors été déployés dans les rues adjacentes. L'alerte a été levée au bout d'une demi-heure.

La Maison Blanche a également été bouclée temporairement. Un haut responsable a indiqué que le président Barack Obama avait été «mis au courant de la situation au Capitole». Le 16 septembre déjà, Aaron Alexis, un ancien de la Marine, avait tué 12 personnes dans un bâtiment de la Navy, au sud de Washington, avant d'être abattu.