Tentative d’attentat en Irlande du Nord

— 

Un paramilitaire protestant armé a tenté de jeter une bombe incendiaire dans le hall de l'assemblée de Belfast vendredi, mettant un terme brutal à une séance parlementaire cruciale pour le plan de paix nord-irlandais.
Un paramilitaire protestant armé a tenté de jeter une bombe incendiaire dans le hall de l'assemblée de Belfast vendredi, mettant un terme brutal à une séance parlementaire cruciale pour le plan de paix nord-irlandais. — Peter Mulhy AFP

Un paramilitaire protestant armé a tenté de jeter une bombe incendiaire dans le hall de l'assemblée de Belfast vendredi, mettant un terme brutal à une séance parlementaire cruciale pour le plan de paix nord-irlandais. Entre six et huit "engins" ont également été désamorcés par l'armée après son arrestation.

Les chefs des deux principaux partis protestant et catholique ont tout de même eu le temps de désigner leur candidat respectif pour diriger le futur gouvernement régional. Ce gouvernement doit être formé le 26 mars. Faute de quoi les gouvernements britanniques et irlandais dissoudront l'assemblée, remise en place le 10 mai après deux ans et demi de suspension. Londres gouvernera alors l'Irlande du Nord avec la participation de Dublin mais sans l'avis des élus nord-irlandais.

Mais, le discours du dirigeant du petit parti intercommmunautaire l'Alliance, David Ford a été interrompu par l'alarme-incendie du bâtiment qui a été évacué à la hâte.

Michael Stone, un ancien chef de groupe armé protestant, venait de pénétrer dans le hall de l'assemblée avec une arme de poing et un engin incendiaire, résolu à arrêter les procédures par la violence.

Il a aussitôt été maîtrisé par l'équipe de sécurité, expulsé hors du bâtiment et arrêté alors qu'il criait: "pas de partage du pouvoir avec les criminels de guerre".

Responsable de plusieurs attentats spectaculaires et d'une demi-douzaine de meurtres de catholiques pendant le conflit, Michael Stone avait bénéficié d'une remise de peine. Il était considéré par la justice comme un meurtrier repenti.

Pour le Premier ministre britannique Tony Blair, cet incident "devrait vous rendre plus résolus encore à progresser vers la démocratie".