Indonésie: 28 morts dans le naufrage d'un bateau de migrants, l'Australie répond aux critiques

avec AFP

— 

Le bilan du naufrage d'un bateau transportant des migrants du Moyen-Orient, qui se rendaient en Australie pour y demander l'asile, s'est alourdi dimanche à 28 morts, tandis que le gouvernement australien assurait avoir fait tout son possible pour leur venir en aide. «Nous avons trouvé sept corps supplémentaires après des recherches sur la côte ce matin, six adultes et un garçon», a déclaré à l'AFP Warsono, chef de la police de la région d'Agrabinta, sur l'île de Java, au large de laquelle le bateau a sombré vendredi.

Le bilan a donc grimpé à 28 morts mais des dizaines de personnes sont portées disparues. Le navire transportait des demandeurs d'asile provenant du Liban, de Jordanie et du Yémen. Les secours étaient freinés par une mer démontée, où les vagues atteignent quatre à six mètres, a ajouté Warsono, qui comme beaucoup d'Indonésiens n'a qu'un seul nom. Vingt-cinq personnes ont été récupérées vivantes et on ignore le nombre exact de passagers.

Entre 80 et 120 passagers à bord

Selon Yanto Permana, un responsable des secours indonésiens, l'embarcation avait à son bord quelque 80 personnes. Mais d'autres responsables estiment à 120 le nombre de passagers. Les survivants ont raconté que l'embarcation cherchait à se rendre sur l'île Christmas, un territoire australien au milieu de l'océan Indien, à mi-chemin entre l'Indonésie et l'Australie, un voyage entrepris par de nombreux bateaux de fortune chargés de migrants, majoritairement des Afghans, des Iraniens et des Sri-Lankais.

Des centaines sont morts ces dernières années lorsque leur bateau a fait naufrage. En Australie, le gouvernement du nouveau Premier ministre Tony Abbott, qui a mené campagne contre l'arrivée de ces clandestins venus par la mer, a indiqué dimanche avoir pourvu «toute l'assistance nécessaire». Des survivants ont affirmé que les autorités australiennes avaient tardé à venir au secours du bateau, malgré les nombreux appels de détresse.

«Ces événements se sont produits dans une zone qui est sous juridiction indonésienne, et bien évidemment l'Australie a fourni toute l'assistance nécessaire», a déclaré le ministre des Finances Mathias Cormann. Une fois reçus les appels de détresse vendredi matin, «les actions nécessaires ont été prises de manière immédiate, et les autorités australiennes ont notamment contacté les autorités indonésiennes», a-t-il dit lors d'une émission politique à la télévision.

«60 personnes sont mortes à cause du gouvernement australien»

Des survivants, de retour à Java, ont indiqué à la presse avoir appelé l'ambassade australienne pendant 24 heures et communiqué leur localisation grâce aux données GPS. «Ils nous ont dit: OK, on sait où vous êtes. Nous arrivons dans deux heures », a raconté Abdullah, un Jordanien, au groupe de médias Fairfax. «Nous avons attendu deux heures, puis 24 heures. Nous ne cessions de les appeler pour leur dire nous n'avons pas de nourriture, pas d'eau depuis trois jours, il y a des enfants, sauvez-nous! ».

«Mais personne n'est venu et maintenant 60 personnes sont mortes à cause du gouvernement australien», a-t-il ajouté. Tony Abbott, dont le parti conservateur a accédé au pouvoir début septembre, doit se rendre lundi à Jakarta pour discuter de la question de ces embarcations de migrants, dont la plupart partent des côtes indonésiennes pour demander l'asile en Australie. Depuis le 1er janvier, plus de 15.000 de ces boat-people sont arrivés en Australie, suscitant un vif débat dans le pays sur la politique à adopter à leur égard.