Immeuble effondré à Bombay: Le bilan s'alourdit à 60 morts

CATASTROPHE Les sauveteurs ont cessé la recherche des corps dans les décombres de l'immeuble de quatre étages...

avec AFP

— 

Le bilan de l'effondrement de l'immeuble de Bombay est passé dimanche à 60 morts et les sauveteurs ont cessé la recherche des corps, a annoncé un responsable.
Le bilan de l'effondrement de l'immeuble de Bombay est passé dimanche à 60 morts et les sauveteurs ont cessé la recherche des corps, a annoncé un responsable. — Punit Paranjpe AFP

Le bilan de l'effondrement d'un immeuble de quatre étages à Bombay s'est alourdi ce dimanche à 60 morts et les sauveteurs ont cessé la recherche des corps, a annoncé un responsable.

«Le bilan est désormais de 60 morts et nous avons arrêté la recherche des corps dans les décombres», a précisé à l'AFP le commissaire de police adjoint Tanaji Ghadge. Le bilan précédent pour cette catastrophe, survenue vendredi, était de 45 morts. Une personne a été arrêtée, a-t-il ajouté, sans donner de détails.

33 personnes sorties vivantes des décombres

Alok Avasthy, un haut responsable de l'Autorité nationale chargée de la gestion des catastrophes, a indiqué que 33 personnes avaient été sorties vivantes des décombres. Mais le bilan pourrait encore s'alourdir en raison de la gravité des blessures des victimes hospitalisées, a-t-il ajouté auprès de l'AFP par téléphone.

Selon la police citée par des médias locaux, des travaux de rénovation conduits par une entreprise de décoration seraient à l'origine de l'effondrement de l'immeuble. La municipalité de Bombay avait indiqué précédemment que le bâtiment hébergeait des employés de l'administration locale et leurs familles, qui avaient été invités à quitter l'immeuble plus tôt cette année.

Cinq immeubles se sont effondrés à Bombay ou dans sa banlieue au cours des derniers mois, dont l'un en avril qui avait fait 74 morts. Ces accidents mettent en évidence la mauvaise qualité des constructions et la violation fréquente des règles d'urbanisme, dans un contexte de forte demande de logements et de corruption des autorités.