Kenya: Revivez les événements du lundi 23 septembre

O.G. et A.D. avec AFP

— 

Lundi après-midi, de la fumée sortait toujours du centre commercial où les affrontements entre le commando et les troupes kenyanes se poursuivent.
Lundi après-midi, de la fumée sortait toujours du centre commercial où les affrontements entre le commando et les troupes kenyanes se poursuivent. — Sayyid Azim/AP/SIPA

0h30: L'opération toujours en cours
"Les forces armées continuent de sécuriser le building", tweetent les autorités. On attend toujours un point presse, plus tard dans la nuit.

23h09: Le ministère de l'Intérieur kényan affirme contôler totalement le centre commercial
Les forces kényanes contrôlent désormais le centre commercial Westgate de Nairobi, pris d'assaut samedi par un commando islamiste affilié aux insurgés somaliens shebab, a affirmé dans la nuit de lundi à mardi le ministère kényan de l'Intérieur. «Nous contrôlons le Westgate», a déclaré le ministère sur son compte Twitter.
22h52: Tous les otages évacués
Tous les otages présents dans le centre commercial Westgate de Nairobi ont probablement été évacués, et les forces spéciales kényanes ne rencontrent plus aucune résistance dans le bâtiment, a affirmé lundi soir à l'AFP le porte-parole du gouvernement kényan. «Je pense que tout le monde, les otages, ont été évacués, mais nous ne voulons prendre aucun risque», a expliqué Manoah Esipisu. «Nos forces spéciales sont à l'intérieur du bâtiment, et vérifient toutes les pièces (...) Pour le moment, nous ne rencontrons aucune résistance», a-t-il poursuivi, estimant être «proche de la fin du siège».
20h50: Six Britanniques tués
Six Britanniques ont été tués dans l'attaque, a annoncé le ministre de la défense Philip Hammond lundi soir à Londres. Le précédent bilan communiqué dans la matinée faisait état de quatre morts britanniques, dont une personne ayant la double nationalité anglo-australienne.
«Le nombre de victimes britanniques s'élève désormais à six», a déclaré Philip Hammond en ajoutant qu'il était «possible» de «trouver encore d'autres citoyens britanniques une fois que le centre commercial aura été entièrement sécurisé».

20h45: Obama déplore une «terrible tragédie»

Le président Barack Obama a qualifié lundi de «terrible tragédie» l'attaque meurtrière dans un centre commercial de Nairobi, et a promis que les Etats-Unis apporteraient «tout le soutien nécessaire» au Kenya.
«Je veux exprimer personnellement mes condoléances au président (Uhuru) Kenyatta qui a perdu des membres de sa famille dans l'attaque, mais aussi aux Kényans, nous sommes solidaires d'eux», a ajouté Barack Obama avant de rencontrer à New York son homologue nigérian Goodluck Jonathan.
 

20h40: «Pas de personnes manquantes», parmi les Français enregistrés au Kenya
Laurent Fabius a eu le père et mari des deux Françaises qui ont été tuées au téléphone et s'est dit «bouleversé» par une «tragédie épouvantable», sur BFMTV. «Lui même aurait dû accompagner sa femme et sa fille sur le parking et finalement ça s'est passé autrement», a-t-il détaillé.
Le ministre des Affaires étrangères a rappelé que 1.400 Français sont enregistrés au consulat et à l'ambassade. «Apparemment, il n'y a pas parmi ces 1.400 enregistrés, de personnes manquantes. Il peut y avoir des touristes, mais ce n'est pas confirmé» a-t-il ajoutré, refusant de donner plus d'informations.
20h25: Résumé vidéo de la journée
La prise d'otages spectaculaire dans le centre commercial Westgate de Nairobi dévoilée en images avec ce zapping vidéo.


20h15: Le vice-président William Ruto assure: «Nous allons les battre»

De retour dans son pays après une autorisation spéciale de la Cour Pénale Internationale, William Ruto a déclaré«Nous allons les battre».
«Les forces de sécurité en sont au dernier stade de l'évacuation des terroristes», a-t-il précisé, relayé sur Twitter par le compte du ministère de l'Intérieur. «Ils travaillent pour le diable, nous travaillons pour un Dieu vivant et nous devrions les battre. Nous allons les battre. Ils ne méritent pas d'être en vie au 21e siècle».
19h: Un feu serait en train d'être maîtrisé
Le ministère de l'Intérieur a précisé sur son compte Twitter que «le feu déclenché dans le bâtiment par les terroristes pour perturber les opérations en cours est géré par les pompiers de plusieurs casernes».

18h40: Christian Estrosi veut rendre hommage aux deux Niçoises
Le maire de Nice Christian Estrosi a annoncé qu'il allait rendre hommage aux deux Françaises tuées lors de l'attaque du centre commercial de Nairobi. "C'est avec beaucoup de tristesse et d'émotion que j'ai appris le décès d'une mère et de sa fille, d'origine niçoise, froidement abattues par ces monstres", a commenté le député UMP.
"Âgée d'une vingtaine d'années, la jeune femme était venue en vacances rendre visite à ses parents, propriétaires d'un complexe hôtelier", a-t-il précisé, en évoquant un événement "terrible pour les familles et pour le Kenya".
 

18h05: Le vice-président autorisé à rentrer dans son pays
La Cour pénale internationale (CPI) a autorisé lundi le vice-président kényan William Ruto à s'absenter une semaine de son procès pour gérer la crise provoquée par la sanglante attaque d'un centre commercial à Nairobi.
Les juges ont décidé plus tard dans la journée d'ajourner le procès et non de le poursuivre en l'absence de William Ruto. Ces mesures sont une première du genre dans l'histoire de la CPI, entrée en fonction en 2003.
 

18h: Plus de 10 suspects arrêtés

"Plus de 10 suspects" ont été arrêtés pour être interrogés dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, a annoncé lundi soir le ministère kényan de l'Intérieur, sans donner de précision sur le lieu ou les circonstances de ces arrestations.

Dans un autre message, le ministère de l'Intérieur a indiqué que "trois terroristes avaient été tués", et d'autres blessés.
 
17h40: Une explosion et des tirs entendus sur place
Un journaliste présent sur place fait état d'une double explosion et de coups de feu entendus sur place.
17h30: Sur place, le nuage de fumée est toujours aussi dense
Un reporter de BFMTV poste une photo des lieu où l'on aperçoit toujours autant de fumée. Il commente: «Assaut en pause? toujours en cours?».
17h30: «Tous les terroristes sont des hommes»
Le secrétaire de cabinet à l'Intérieur et à la coordination du gouvernement le confirme sur twitter «Tous les terroristes sont des hommes».
17h25: 62 morts et 63 disparus
Selon un dernier bilan de la Croix-Rouge, l'attaque a fait au moins 62 morts, 63 disparus et environ 200 blessés.
17h20: Une enquête ouverte à Paris

La justice française a diligenté une enquête sur l'attaque du centre commercial, a-t-on appris lundi de source judiciaire. La section antiterroriste du parquet de Paris «a ouvert une enquête préliminaire pour assassinat et tentative d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste», et cette décision a été prise dès qu'a été connue la présence de ressortissants français parmi les victimes, selon la source.
Cette démarche est classique quand des Français sont victimes d'attentats à l'étranger.

17h15: Toutes les voies d'évacuation sont "bouclées"
Le compte Twitter des forces de défense kényanes estime que les «chances des terroristes de s'échapper sont très minces. Les troupes des forces de défense kényanes ont bouclé toutes les voies d'évacuation».
17h10: Les autorités auraient arrêté 4 personnes
D'après CNN, les autorités kényanes ont arrêté "environ quatre personnes", suspectées d'être impliquées dans l'attaque.
16h50: Le père et mari des deux Françaises tuées était présent
Corinne et Anne Dechauffour, la mère et la fille françaises, ont été abattues sur le parking du centre commercial Westgate de Nairobi où elles étaient venues faire leurs courses. Le père était présent, comme l'explique une vidéo de France 2.


16h45: Le président rwandais a fait part de son soutien aux Kenyans
Hier, Paul Kagame, le président du Rwanda, a fait part de sa solidarité sur Twitter. "Le Kenya ne doit pas se sentir seul. La région, l'afrique et le monde sont avec vous. L'esprit kenyan est fort et prévaudra", a-t-il déclaré.
16h40: L'armée contrôlerait tous les étages du centre commercial
Joseph Ole lenku, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et à la Coordination du gouvernement a déclaré sur Twitter: "Nos forces contrôles tous les étages".
16h20: La sécurité aux frontières est renforcée
Le ministère de l'Intérieur kenyan annonce sur Twitter avoir renforcé sa sécurité aux frontières.
16h15: Le centre commercial est encerclé de forces armées
Comme témoigne une reporter d'iTélé sur Twitter, l'armée est positionnée aux abords du centre commercial.
15h57: De la fumée continue de sortir du centre commercial, théâtre d'une prise d'otages d'un commando pendant au moins trois jours



15h40: Les affrontements se poursuivent dans une partie de «cache-cache»

Un membre des forces spéciales kényanes qui venait de participer aux affrontements a raconté la difficulté de l'intervention sur place, parlant d'une partie de «cache-cache» avec les islamistes dans les magasins du centre commercial, dont les alentours immédiats restaient bouclés et interdits d'accès aux journalistes.

«Ils ont brûlé des matelas pour faire diversion, ils ont essayé de s'échapper», a déclaré le chef de l'armée kényane, le général Julius Waweru Karangi.
 

14h50: CCTV dévoile des images filmées à l'intérieur du centre commercial pendant l'attaque
La vidéo que s'est procuré la chaîne CCTV dévoile des personnes se cachant dans les rayons pour éviter d'être capturé par le commando des assaillants.


14h34: Les assaillants ont différentes nationalités

Les membres du commando islamiste qui ont pris d'assaut le centre commercial Westgate de Nairobi sont détenteurs de différentes nationalités, a affirmé lundi le chef de l'armée kényane, Julius Karangi.

Le commando est «clairement multinational» a-t-il déclaré. Les assaillants «viennent de différents pays», a-t-il ajouté, parlant de «"terrorisme mondial». Le ministre kényan de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku, a par ailleurs annoncé que deux de ces assaillants avaient été tués lors d'un assaut des forces de l'ordre kényanes lundi matin.
 

14h15: Le bilan serait de 62 morts selon la Croix Rouge
La Croix Rouge kényane fait état de 62 morts selon un nouveau décompte sur son compte Twitter.
14h: Les deux Françaises tuées seraient originaires de Nice
D'après le site internet de Nice Matin, les deux otages françaises qui ont été tuées dans l'attaque sont une mère et une fille originaires de Nice. Selon le quotidien régional, elles s'appelleraient Corinne et Anne Dechauffour.
13h55: Un compte Twitter prétend que 89 personnes sont toujours otages
Le compte Twitter @HSM_PRESOFFICE2 a annoncé plus tôt la présence de 89 otages dans le centre commercial. Le compte a été suspendu une première fois et la police kényane appelle le public à ne pas accorder de crédit à ces informations et d'attendre les communications officielles. Un conseil relayé par la Croix Rouge locale.
13h40: L'assaut contre le commando islamiste touche "à sa fin"
L'assaut des forces kényanes contre le commando islamiste touche "à sa fin", selon un ministre kényan. Les islamistes, cernés dans le centre commercial, ne peuvent s'échapper, toujours selon le ministre.


13h10: Des otages ont été secourus

La police kényane affirme avoir secouru plusieurs otages du centre commercial de Nairobi Westgate, tout en précisant que les affrontements se poursuivent après les fortes explosions entendues. "Nous venons juste de réussir à secourir quelques otages", a déclaré sur Twitter le chef de la police kényane, David Kimaiyo. "Nous gagnons de plus en plus de terrain sur les assaillants", a-t-il affirmé.

12h52: Secouristes et journalistes mis à l'abri lors de l'assaut

La fumée s'est échappée en épais nuages noirs juste après les explosions et était visible à plusieurs km à la ronde.

Dans la zone entourant le bâtiment, les forces de l'ordre ont immédiatement demandé aux journalistes et secouristes de se mettre à l'abri, alors que des ambulances se dirigeants vers le lieu des explosions.
 

12h49: Un nouveau compte Twitter signalé comme celui du groupe des Shebab a été ouvert
Sur ce compte Twitter, difficle d'assurer qu'il soit réellement contrôlé par le groupe djhadiste, sont dévoilées les nationalités des otages.

12h32: Résumé vidéo de l'attaque
Des corps allongés, des enfants blessés, des coups de feu, la panique, les otages qui sortent excortés par les militaires... la prise d'otages spectaculaire dans le centre commercial Westgate de Nairobi dévoilée en images avec ce zapping vidéo.


12h30: Quatre Britanniques tués
Quatre Britanniques ont été tués dans l'attaque meurtrière d'un centre commercial à Nairobi revendiquée par les insurgés islamistes somaliens shebab, selon un nouveau bilan communiqué lundi par le ministère des Affaires étrangères à Londres.

12h28: Des tirs nourris
Le journalistes de l'AFP a entendu «trois ou quatre explosions» et des tirs nourris. Les forces armées semblent avoir lancé un nouvel assaut contre le commando. 
12h24:  Des explosions ont retenti dans le centre commercial

De fortes explosions et des tirs nourris, suivis de fumées noires, ont été entendus et vus par un journaliste de l'AFP posté près du centre commercial de Nairobi Westgate pris d'assaut par un commando islamiste. Le journalistes a entendu "trois ou quatre explosions". La fumée s'est échappée en épais nuages noirs juste après les explosions et était visible à plusieurs km à la ronde.

11h50: Les attaquants isolés
Les forces de l'ordre kényanes disent avoir sécurisé la majeure partie du bâtiment et réussi à isoler les attaquants en un seul endroit du centre commercial, un établissement de luxe réputé en partie détenu par des Israéliens qui était bondé de Kényans et expatriés samedi au moment de l'attaque.

11h45: Les forces de police se rapprochent du commando
Selon un tweet de David Kimaiyo, chef de la police, il ne resterait que peu d'otages aux mains du commande des Shebab.

11h15: Encore de nombreux blessés dans les hôpitaux
Les hôpitaux de Nairobi sont débordés. Une vidéo de l'AFP dévoile le témoignage d'un directeur d'hôpital qui a dû refuser des blessés.



10h58: «Il n'y aura pas de négociation»

L'homme désigné sous le nom de "Abou Omar", qui s'exprime à la BBC, a affirmé avoir discuté au téléphone avec les assaillants. «Il n'y aura pas de négociations» avec les autorités kényanes, a-t-il assuré à la BBC.

«Nous avons parlé aux Moudjahidine à l'intérieur de Westgate (nom du centre commercial, NDLR) et ils nous ont dit que le gouvernement kényan les exhortait de négocier et les incitait à venir à la table des négociations», a-t-il ajouté.

«Tout Moudjahidine (...) veut mourir au nom d'Allah pour devenir un martyr et c'est quelque chose qui déconcerte évidemment beaucoup d'Occidentaux», a-t-il estimé.

 

10h40: Une Française expatriée raconte son calvaire
Pauline, otage des Shebab a réussi à sauver quatre enfants. Interrogée par RTL, cette mère expatriée au Kenya, raconte à la radio le calvaire des otages.
«Toutes les 30 secondes il y avait un coup de fusil qui partait», se remémore cette femme de 35 ans, blessée. «Il y en a un qui est passé très près de nous.»
Elle a réussi à négocier avec un des membres de commando.

Un homme est venu «en demandant si les enfants étaient en vie parce qu'il laisserait sortir les enfants. Je lui ai dit que j'étais de France, il n'avait pas l'air très content, témoigne Pauline au micor de RTL. Il m'a dit que les gens [à] qui il voulait le plus de mal c'était les Kényans et les Américains.»

«Ils voulaient d'abord laisser partir les enfants seulement, j'ai discuté avec eux pendant un bon moment», affirme la Française. Elle est finalement sortie, accompagnée de quatre enfants au total.



10h32: 69 morts et 63 disparus
Selon le dernier bilan de la Croix Rouge kenyane, l'attaque du centre commercial de Nairobi a fait 69 morts et 63 personnes sont toujours portées disparues.

10h30: Une attaque très longue pour un effet plus terrorisant qu'un attentat

La sanglante attaque d'un centre commercial à Nairobi, qui dure depuis près de 48 heures, «vise à obtenir un effet plus terrorisant qu'un attentat», a estimé lundi Frédéric Gallois, ancien chef du GIGN.

Ce spécialiste a expliqué à l'AFP que le bilan de l'attaque (au moins 68 morts) aurait pu également être atteint avec un attentat à la bombe mais que le commando «vise à obtenir sur la durée un effet plus terrorisant».

«Tant qu'ils ont la maîtrise du temps, ils peuvent laisser la tension dramatique s'éterniser et du coup, le centre commercial devient une scène de crime qui perdure», a dit Frédéric Gallois.
 

10h28: Des images de caméras de sécurité dévoilent le déroulement de la prise d'otages

Le  quotidien kényan The Standard a eu accès aux images des caméras de sécurité. Elles confirment ce que des témoins avaient raconté: le commando islamiste, muni de grenades, fusils d'assaut et pistolets, est entré dans le centre commercial d'assaut par au moins deux points d'accès.

Immédiatement à leur arrivée, les islamistes ont lancé deux grenades dans la foule, mais une seule a explosé.

Selon des témoins également cités par le quotidien, les islamistes ont aussi forcé les personnes qui se trouvaient dans le centre commercial à réciter au moins le début de la Shahada, la profession de foi des musulmans. Ceux qui en était incapables étaient abattus, les autres épargnés.

10h25: Un membre des Shebab assure qu'aucun étranger ne fait partie du commando responsable de l'attaque

Un homme présenté par la BBC comme un «commandant» des islamistes somaliens shebab a démenti lundi sur la radio britannique que des étrangers figuraient parmi les assaillants responsables de l'attaque meurtrière d'un centre commercial à Nairobi.

«Il y a des rumeurs selon lesquelles des attaquants américains, britanniques et d'autres nationalités sont impliquées», a déclaré un homme présenté par la BBC comme étant «Abou Omar». «Je peux vous affirmer que rien de tout cela n'est vrai. Ce sont des rumeurs infondées», a-t-il ajouté sur la radio.

Depuis samedi midi, des tirs, des grenades ravagent le centre commercial de Westgate à Nairobi au Kenya. Lundi matin, la police a tenté de déloger le commando qui détient toujours un nombre indéterminé d'otages.