Turquie: un suspect dans l'attentat d'Ankara tué par la police

© 2013 AFP

— 

La police turque a annoncé samedi avoir abattu un suspect et en avoir blessé un autre après des tirs de roquettes la veille au soir sur des bâtiments appartenant à la direction nationale de la police à Ankara qui n'ont fait pas de victimes.
La police turque a annoncé samedi avoir abattu un suspect et en avoir blessé un autre après des tirs de roquettes la veille au soir sur des bâtiments appartenant à la direction nationale de la police à Ankara qui n'ont fait pas de victimes. — - AFP

La police turque a annoncé samedi avoir abattu un suspect et en avoir blessé un autre après des tirs de roquettes la veille au soir sur des bâtiments appartenant à la direction nationale de la police à Ankara qui n'ont fait pas de victimes.

L'attaque s'est produite vendredi à 18H30 GMT dans le quartier de Dikmen, a déclaré le ministre turc de l'Intérieur, Muammer Güler. Deux roquettes ont atteint les bâtiments, sans faire de morts ni de blessés, et un projectile n'ayant pas explosé a été retrouvé dans un jardin voisin, a-t-il précisé.

Au cours d'une opération déclenchée à la suite de cet incident, les policiers ont tué «un des deux terroristes» et ont blessé le second après qu'ils eurent ignoré les appels à se rendre, a annoncé la police dans un communiqué.

M. Güler n'a pas formulé d'hypothèses quant aux auteurs de l'attaque, mais les médias montraient du doigt l'organisation clandestine armée d'extrême gauche du DHKP-C (Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple).

Le DHKP-C avait revendiqué des attaques similaires à la grenade et à la roquette en mars dernier, qui avaient frappé le ministère de la Justice et le siège de l'AKP (Parti de la justice et du développement, au pouvoir), blessant l'épouse d'un policier.

Le DHKP-C a également revendiqué une attaque suicide à la bombe contre l'ambassade des Etats-Unis à Ankara, qui a provoqué la mort d'un agent de sécurité turc le 1er février.