Kenya: Tirs nourris dans le centre commercial assiégé par des islamistes

MONDE Un commando masqué et armé a attaqué un centre commercial samedi à Nairobi, les policiers et les soldats kényans tentent de les en déloger...

avec AFP

— 

Les forces armées devant le centre commercial de Nairobi, au Kenya, théâtre d'une prise d'otages le 21 septembre 2013.
Les forces armées devant le centre commercial de Nairobi, au Kenya, théâtre d'une prise d'otages le 21 septembre 2013. — Khalil Senosi/AP/SIPA

Des tirs nourris étaient entendus ce dimanche matin dans le centre commercial de Nairobi attaqué la veille par un commando islamiste, et deux soldats kényans blessés ont été évacués et emmenés en ambulance, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les forces de sécurité kényanes tentent de mettre fin à l'attaque, qui dure depuis 20 heures et qui a fait au moins 39 morts et 150 blessés. Les islamistes somaliens shebab, qui l'ont revendiquée, détiennent toujours un nombre indéterminé d'otages dans le bâtiment de quatre étages.

Les assaillants, qui s'exprimaient en arabe ou en somali selon des témoins, ont fait irruption à la mi-journée dans le centre commercial Westgate Mall. Toujours bondé le week-end, l'endroit est régulièrement cité comme une cible possible de groupes liés à Al-Qaïda, tels les insurgés islamistes somaliens shebab, qui ont d'ailleurs revendiqué l'attaque sur leur compte Twitter dans la soirée de samedi. Auparavant, la police avait confirmé les soupçons des médias en indiquant qu'un «groupe terroriste», comptant jusqu'à une dizaine de personnes, était bien responsable de l'attaque.

Des unités d'élite en renfort

Les assaillants ont ouvert le feu à l'arme automatique et à la grenade sur la foule cosmopolite -Africains, Indiens et Occidentaux- des clients et le personnel du centre.

Des unités d'élite de l'armée kényane ont été déployées en renfort des nombreux policiers déjà sur place pour évacuer les clients et employés piégés à l'intérieur du centre commercial, survolé par des hélicoptères de la police et de l'armée, a-t-on constaté. L'attaque est inédite dans la capitale kényane et pourrait être l'attentat le plus meurtrier depuis l'attaque-suicide d'al-Qaïda qui avait visé en août 1998 l'ambassade américaine de Nairobi et fait plus de 200 morts.