Fusillade de Washington: Des signes d'alerte non détectés chez le tireur

MONDE «Bien sûr qu'il y en avait», a lâché le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel...

avec AFP

— 

Une fusillade dans un bâtiment de la Navy, à Washington, a fait au moins 12 morts, le 16 septembre 2013.
Une fusillade dans un bâtiment de la Navy, à Washington, a fait au moins 12 morts, le 16 septembre 2013. — J.MARTIN/AP/SIPA

Le comportement passé d'Aaron Alexis, l'auteur de la fusillade de Navy Yard à Washington, présentait des signes d'alerte que l'armée n'a pas décelés, a reconnu mercredi le chef du Pentagone, Chuck Hagel.

«Manifestement, quand on regarde avec le recul, il y avait des signes d'alerte, bien sûr qu'il y en avait», a affirmé le secrétaire à la Défense, qui a ordonné la réalisation d'audits de sécurité sur les conditions d'accès aux installations militaires américaines dans le monde.

La pire tuerie dans un bâtiment de l'armée américaine depuis trois ans

A 8h20 locales (14h20 en France), un homme de 34 ans, identifié par les autorités comme Aaron Alexis, a ouvert le feu au siège du Commandement des systèmes navals de la Marine américaine (NAVSEA), dans le quartier en reconstruction de Navy Yard, dans le sud-est de la ville, faisant 13 morts, dont le tireur, et 14 blessés.

Il s'agit de la pire tuerie dans un bâtiment de l'armée US depuis celle de Ford Hood, en 2009.