EN DIRECT- Syrie: Damas salue une «victoire pour la Syrie»

C.P. avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov à Genève le 14 septembre 2013.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov à Genève le 14 septembre 2013. — Martial Trezzini/AP/SIPA
18H39 Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi. N'oubliez pas que François Hollande donne une interview télévisée sur TF1.
17H37: François Hollande recevra John Kerry à l'Elysée lundi
Le président de la République recevra lundi matin à l'Elysée les chefs de la diplomatie américain et britannique, John Kerry et William Hague, pour évoquer le dossier syrien. La rencontre aura lieu à 09H45 et se déroulera en présence du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius qui ensuite recevra ses deux homologues pour le déjeuner.
17H21: L'Iran demande qu'Israël adhère à la Convention sur les armes chimiques
L'Iran a salué dimanche l'adhésion de la Syrie à la convention sur les armes chimiques demandant qu'Israël adhère à cette même convention, a rapporté l'agence Fars. «Il est inquiétant que le régime sioniste soit le seul dans la région du Proche-Orient à ne faire partie d'aucune convention sur les armes de destruction massive, a déclaré Marzieh Afgham, la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangère. Nous demandons au Conseil de sécurité des Nations unies et à la communauté internationale de prendre des mesures sérieuses pour contraindre ce régime (Israël) à adhérer à la convention sur les armes chimiques.»
16H50 : Obama félicite Poutine d'avoir fait pression sur son «client» syrien
Barack Obama s'est dit satisfait que son homologue russe Vladimir Poutine ait pris la responsabilité de pousser son «client», le président syrien Bachar al-Assad, à démanteler ses armes chimiques. Dans un entretien diffusé dimanche, le président américain a félicité Vladimir Poutine : «Je le félicite de s'être impliqué. Je le félicite d'avoir dit: «je prends la responsabilité de pousser mon client, le régime d'Assad, à gérer les armes chimiques.» Barack Obama a précisé que malgré «de grands désaccords sur tout un éventail de problèmes, ce n'est pas la guerre froide. Il n'y a pas de compétition entre les Etats-Unis et la Russie.»
15H59:  Les menaces d'usage de la force contre la Syrie «restent réelles» pour John Kerry
15h50: L'accord russo-américain est «satisfaisant», selon un haut responsable syrien
«La Syrie a toujours considéré qu'un bon accord est un accord où chacun peut se déclarer satisfait. C'est le cas avec l'accord de Genève», entre les chefs de la diplomatie américaine et russe, a
affirmé dimanche à l'AFP un haut responsable à Damas. 
14h47: Berlin souhaite la mise en oeuvre rapide de l'accord russo-américain
«L'Allemagne soutient l'accord américano-russe sur le contrôle et la destruction des armes chimiques syriennes. Il est important désormais de le mettre en pratique», a dit  dicmanche le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle, selon un communiqué envoyé par son ministère.
14h15: Damas salue «une victoire pour la Syrie»
Dans une première réaction officielle du régime de Damas, le ministre syrien de la Réconciliation, Ali Haïdar, a «salué» dimanche l'accord conclu samedi, en soulignant qu'il «aide les Syriens à sortir de la crise» et «a permis d'éviter la guerre contre la Syrie ayant privé d'argument ceux qui voulaient la déclencher». «C'est une victoire pour la Syrie remportée grâce à nos amis russes», a-t-il ajouté dans une interview à l'agence publique russe Ria Novosti.
14h14: Le chef de la Ligue arabe salue l'accord russo-américain
11h28: Kerry arrive en Israël
Le secrétaire d'État américain John Kerry est arrivé dimanche en Israël pour des entretiens avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui devraient porter sur la Syrie et les négociations israélo-palestiniennes.
10h58: La Turquie sceptique sur l'accord


«La Turquie se félicite, par principe, du démantèlement de toutes les armes de destruction massive dans le monde et notre région en particulier celles chimiques», souligne dimanche un communiqué. Mais la Turquie, membre de l'Otan et qui partage une longue frontière avec la Syrie, appelle la communauté internationale à rester très vigilante à la mise en oeuvre de cet accord qui «ne doit pas être exploité par le régime syrien (...) pour chercher à gagner du temps afin de commettre de nouveaux massacres. Ankara estime d'autre part que le calendrier avancé pour l'élimination de l'arsenal syrien est «long».
10h24: Début des entretiens Kerry-Netanyahu vers 12h30 à Jérusalem
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu dimanche à Jérusalem pour une rencontre de quelques heures avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui devrait porter sur la Syrie et les négociations israélo-palestiniennes. Selon les médias locaux, les entretiens entre les deux dirigeants devraient commencer à 12H30et se poursuivre jusque 16H00 environ.
10h15: L'opposition veut l'interdiction des missiles balistiques et de l'aviation du régime
L'opposition syrienne a réclamé dimanche à la communauté internationale d'imposer au régime syrien, en plus du démantèlement de son arsenal d'armes chimiques, une interdiction d'utiliser les missiles balistiques et l'aviation contre les civils. «La Coalition nationale syrienne insiste pour que l'interdiction des armes chimiques, dont l'usage a fait plus de 1.400 morts parmi les civils, soit étendue à l'utilisation des missiles balistiques et de l'aviation contre les zones habitées», indique un communiqué de cette instance.
10h13 - La Russie et les Etats-Unis pourraient interpréter différemment l'accord, met en garde dimanche un influent parlementaire russe.
«La question principale qui se pose maintenant est de voir si le règlement syrien ne deviendra pas l'objet d'interprétations différentes voire opposées aux Etats-Unis et en Russie», comme c'était le cas dans le passé, a déclaré Alexeï Pouchkov, chef de la commission des affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement russe) à l'agence Interfax.
10h09 - L'accord de Genève n'est qu'une «première étape» pour Laurent Fabius
«C'est une avancée importante, mais c'est une première étape», a déclaré dimanche le ministre français des affaires étrangères lors d'une conférence de presse après sa rencontre avec son homologue chinois, M. Wang Yi, qui avait «salué» l'accord russo-américain de Genève prévoyant le démantèlement de l'arsenal chimique syrien d'ici mi-2014, donnant la première réaction officielle chinoise.«C'est une avancé importante, car ce qui apparaissait impossible quelques jours auparavant apparaît désormais possible», a ajouté M. Fabius en évoquant le récent refus syrien de reconnaître la possession d'armes chimiques.

L'ambitieux accord conclu samedi à Genève entre les Etats-Unis et la Russie sur le démantelèment de l'arsenal chimique syrien ouvre la voie à d'intenses tractations diplomatiques devant déboucher sur une résolution des Nations unies n'excluant pas un recours possible à la force contre le régime syrien.