"Go big. Go long. Go home" Quelle option pour les Américains en Irak?

— 

Comment se sortir du bourbier irakien? Depuis la victoire des démocrates aux législatives, début novembre, c’est visiblement la question que se posent les experts du Pentagone qui, fidèles à leurs habitudes, n’hésitent pas à les tester dans la presse américaine, sous «couvert d’anonymat», bien sûr!

Le Washington Post de lundi évoque donc trois scénarios de sortie : «Go big. Go long. Go home».
Le «Go big», accroître le nombre de soldats – une option qui devrait faire plaisir à l’ancien secrétaire d’Etat de Bush, Michael Powell, qui avait toujours préconisé l’envoi de troupes massives en Irak.
Mais elle nécessiterait plusieurs centaines de milliers d'hommes supplémentaires tant américaines qu’irakiennes, ainsi qu’une police irakienne lourdement armée, selon le quotidien. Une condition impossible à remplir.

L’option «Go home» a aussi été rejetée d’office car, assurent les experts, elle plongerait l’Irak dans une guerre civile sanglante.

La solution choisie devrait donc passer par une option «Go long» (rester longtemps) hybride. En clair, dans un premier temps et à court terme, augmenter légèrement le nombre de GI en Irak (de 20.000 à 30.000 hommes supplémentaires) puis sur le long terme se consacrer à l’entrainement et au conseil des forces irakiennes en ne gardant qu’environ 60.000 hommes sur place, contre 140.000 aujourd’hui.
C. L.