Snowden est un «gars étrange» avec des convictions, estime Poutine

MONDE Le président russe estime également qu’il s’est condamné à une vie difficile...

avec AFP

— 

Edward Snowden, sur une photo fournie par Human Rights Watch, en compagnie de Sarah Harrison, de Wikileaks (à gauche), à l'aéroport de Moscou, le 12 juillet 2013.
Edward Snowden, sur une photo fournie par Human Rights Watch, en compagnie de Sarah Harrison, de Wikileaks (à gauche), à l'aéroport de Moscou, le 12 juillet 2013. — Tanya Lokshina/AP/SIPA

Le président russe Vladimir Poutine a estimé mercredi que l'ex-consultant du renseignement américain, Edward Snowden, qui a trouvé refuge en Russie, était un «gars étrange», avec des convictions, qui s'était condamné à une vie «difficile».

«Je comprends que les services secrets américains ont intérêt à le présenter comme un traître, mais c'est un homme qui a une façon de penser tout à fait différente, il se considère comme un défenseur des droits de l'Homme (...) et il se comporte avec nous en tant que tel», a déclaré Poutine dans une interview à la chaîne Pervyi Kanal.

«Peut-être, quand un certain temps passera, l'Amérique comprendra elle-même que ce n'est pas un traître ou un espion, que c'est un homme avec des convictions», a indiqué le président russe. Snowden «n'a jamais essayé de nous divulguer quoi que ce soit», a affirmé Poutine, affirmant que la Russie ne l'avait pas non plus sollicité car les services américains avaient de toute façon déjà «tout changé» de ce qu'il pouvait révéler.

«C'est son destin, il l'a choisi (...) et il croit que c'est noble, justifié et que ces sacrifices sont nécessaires»

«C'est un gars étrange», a estimé Poutine. «Il s'est condamné à une vie bien difficile». «Nous n'allons pas le livrer (aux Etats-Unis, NDLR), il peut se sentir en sécurité ici. Mais, et après?», a poursuivi Poutine. «C'est son destin, il l'a choisi (...) et il croit que c'est noble, justifié et que ces sacrifices sont nécessaires», a ajouté le président russe.

Edward Snowden a obtenu début août un asile temporaire d'un an en Russie, après avoir passé plus d'un mois dans la zone de transit de l'aéroport Cheremetievo de Moscou où il est arrivé en provenance de Hong-Kong. Washington a réclamé à plusieurs reprises l'extradition de Snowden vers son pays natal, où il a été inculpé d'espionnage après avoir fait des révélations fracassantes sur la surveillance électronique mondiale effectuée par les Etats-Unis.

Poutine a indiqué que l'informaticien américain avait d'abord contacté des diplomates russes à Hong Kong en proposant à la Russie de «lutter avec lui contre les violations des droits de l'Homme et de la loi aux Etats-Unis». Poutine indique avoir rejeté cette proposition, soulignant avoir accepté d'accueillir l'Américain à la seule condition qu'il cesse ses révélations sur les programmes d'espionnage de son pays.

Poutine affirme n'avoir été finalement informé de l'arrivée de Snowden à Moscou que deux heures avant l'atterrissage de son avion.