Emirats: 18 prisonniers islamistes en grève de la faim

avec AFP

— 

Dix-huit des 69 islamistes émiratis, qui purgent des peines de prison pour complot contre l'Etat, observent une grève de la faim pour protester contre de «présumés mauvais traitements», a indiqué mardi Amnesty International.

Les grévistes de la faim, dont six ont entamé leur action le 31 juillet, protestent notamment contre de «présumés mauvais traitements» par les autorités pénitentiaires et «de restrictions aux visites familiales», a ajouté l'organisation de défense des droits de l'Homme dans un appel à «une action urgente» en faveur de ces prisonniers.

Ces derniers se plaignent aussi de «privation de lumière» et de «coupure d'air conditionné» en période de fortes chaleurs dans ce pays du Golfe et «refusent de mettre fin à leur grève de la faim tant que leur demande d'un traitement juste n'a pas été satisfaite», écrit Amnesty.

Trois prisonniers parmi les premiers à avoir entamé la grève de la faim sont «dans un état critique», a ajouté Amnesty, qui exhorte les autorités émiraties à protéger les détenus «de toute forme de torture et de mauvais traitement» et à permettre des visites «régulières» de membres de leurs familles.

Les grévistes de la faim figurent parmi 69 personnes, liées aux Frères musulmans, condamnées le 2 juillet à des peines allant de 7 à 15 ans de prison par la Cour de sûreté de l'Etat du tribunal fédéral suprême d'Abou Dhabi, qui avait acquitté 25 autres prévenus, dont 13 femmes.

Les 69 personnes condamnées ont été accusées d'avoir formé un groupe clandestin dans l'intention de «prendre le pouvoir» et d'entretenir des contacts avec l'organisation mondiale des Frères musulmans.

Cinq organisations des droits de l'Homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch, avaient qualifié d'injuste la condamnation de ces islamistes et demandé un nouveau procès.