Le président somalien indemne après une attaque des shebab, selon la Radio-Mogadiscio

avec AFP

— 

Le président somalien est sorti indemne d'une attaque des islamistes somaliens shebab, a annoncé la Radio-Mogadiscio ce mardi en fin de matinée. 

Ces avaient attaqué un peu plus tôt le convoi du président somalien Hassan Cheikh Mohamoud, près de la ville portuaire de Merka, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Mogadiscio, a affirmé à l'AFP un porte-parole des insurgés.

Situation politique toujours instable

Les combats avec l'escorte présidentielle se poursuivaient dans la matinée, selon ce porte-parole des shebab, Abdulaziz Abu Musab, qui a assuré que deux véhicules avaient été détruits au lance-grenades. Il n'a pas fait état de victimes dans l'immédiat. «Nous avons tendu une embuscade au convoi escortant le président autoproclamé de Somalie», a déclaré Abulaziz Abu Musab, joint par téléphone, à propos du chef de l'Etatsomalien, élu début septembre 2012 par un Parlement formé de chefs traditionnels.

Le convoi a été attaqué près de la petite localité de Bufow, non loin de Merka, ancien fief shebab pris par les troupes de la Force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) fin août 2012. «Nous surveillons tous ses mouvement», a affirmé le porte-parole en référence au président somalien.

Hors de la capitale, le chef de l'Etat somalien voyage habituellement sous la protection de soldats de l'Amisom. Contacté par l'AFP, l'Amisom a indiqué ne pas disposer de «détails clairs» dans l'immédiat et être en train de rassembler des éléments sur la situation en cours.

Revers militaire des rebelles islamistes somaliens

L'élection d'Hassan Cheikh Mohamoud, portée à bout de bras par la communauté internationale, a été présentée comme le début du processus de reconstruction d'un Etat central dont la Somalie est privée depuis la chute du président Siad Barre en 1991, qui a plongé le pays dans plus de deux décennies de chaos.

Chassés de Mogadiscio en août 2011 par l'Amisom, les shebab ont depuis essuyé une série de revers militaires qui les a contraint d'abandonner la totalité de leurs bastions du centre et du sud de la Somalie. Mais ils contrôlent encore de vastes zones rurales et continuent de représenter une menace sérieuse pour le gouvernement central, qui peine à asseoir son autorité au-delà de Mogadiscio et de sa périphérie.