Etats-Unis: Les Etats du Colorado et de Washington autorisent l’usage du cannabis à des fins récréatives

Vincent Colas (avec AFP)

— 

Des pots de cannabis thérapeutique aux Etats-Unis.
Des pots de cannabis thérapeutique aux Etats-Unis. — F.J. BROWN / AFP

Le cannabis, une affaire qui roule aux Etats-Unis. L'administration Obama, très impliquée dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, ne va pas s'opposer aux nouvelles lois qui permettent l'usage du cannabis à des fins récréatives dans les Etats du Colorado et de Washington, a indiqué le ministère de la Justice jeudi. Dans un communiqué, le ministère dit espérer que les deux Etats encadreront «de manière stricte» l'usage du cannabis afin d'éviter que sa culture et sa vente ne bénéficient à des organisations criminelles. Dans le même temps, les autorités fédérales disent avoir prévenu les gouverneurs du Colorado (ouest) et de l'Etat de Washington (nord-ouest) qu'elles «renoncent à leur droit de contester les lois portant sur la légalisation» du cannabis.

>> «Le cannabis thérapeutique, qu’est-ce que c’est» est à lire ici

L'an dernier, le Colorado et l'Etat de Washington ont légalisé la consommation de cannabis à des fins récréatives. Au Colorado, l'usage personnel, la possession et la culture à domicile, de façon limitée, de la marijuana sont désormais légaux.

>> «L’Uruguay, premier Etat à contrôler la production de cannabis» est à retrouver ici

De son côté, le Vermont, au nord-est des Etats-Unis, a dépénalisé en mai la possession de petites quantités.

Le cannabis est de loin la drogue la plus répandue dans le monde, selon une étude publiée jeudi dans le journal médical britannique The Lancet. Treize millions de personnes seraient dépendantes à la fumette, contre 17,2 millions pour les amphétamines et 15,5 millions aux opiacés.

>> Notre article sur les dangers du cannabis est à retrouver par là

Mais les conséquences sanitaires de ces drogues restent bien moindres que celles du tabagisme et de l'alcool, souligne l'étude. Ces deux produits sont «ensemble responsables de près de 10% de la mortalité totale», contre 1% pour les drogues (amphétamines, cannabis, cocaïne et opiacés).