En Chine, des accusés plaident coupable dans un procès pour viol très suivi

avec AFP

— 

Quatre Chinois parmi cinq suspectés d'un viol en réunion ont plaidé coupable devant les juges, a rapporté vendredi la presse, ce procès suscitant un vif intérêt en Chine en raison de la présence parmi les accusés du fils d'un général.

Cette affaire est en effet vue par les internautes comme une illustration des comportements indignes de certains enfants chinois privilégiés, convaincus de leur impunité en raison de la fortune ou de la position de leur père.

Li Tianyi, 17 ans, figure parmi les cinq personnes soupçonnées d'avoir violé en réunion une jeune femme dans une chambre d'hôtel de Pékin en février. Seulement quatre des accusés ont reconnu les faits, a indiqué vendredi l'agence de presse Chine nouvelle, sans préciser si le jeune Li en faisait partie.

«Vraiment désolé»

Selon le quotidien les Nouvelles de Pékin, Li Tianyi a toutefois «refusé d'admettre une agression sexuelle», en affirmant ne pas se souvenir des faits étant saoul au moment du viol présumé.

Son père, le général Li Shuangjiang, est doyen du département de la musique de l'Académie des arts de l'Armée populaire de libération (APL). Sa mère, Meng Ge, est une chanteuse renommée.

En septembre 2011, alors âgé de 15 ans, le jeune Li, qui roulait à Pékin dans un coupé BMW, avait brutalement frappé un couple, un fait divers qui avait choqué la Chine. Le père de l'adolescent s'était dit «vraiment désolé».

Ce fait divers en avait rappelé un autre, devenu une affaire nationale en 2010: le fils, conduisant en état d'ébriété, d'un haut responsable policier avait écrasé deux étudiantes. Il avait ensuite tenté de s'enfuir en faisant valoir qui était son père.

La phrase «Mon père est Li Gang!» a depuis fait florès sur l'internet.