Etats-Unis: Tollé après les propos d'un juge dans une affaire de viol sur mineure

JUSTICE Il a condamné un professeur à un mois de prison, estimant que l'élève, qui s'est depuis suicidée, était «plus vieille que son âge biologique»...

P.B. avec AFP

— 

Le juge G. Todd Baugh, dans son bureau du Montana.
Le juge G. Todd Baugh, dans son bureau du Montana. — M.BROWN/AP/SIPA

L'affaire est complexe, et elle fait grand bruit aux Etats-Unis. Un juge du Montana a présenté ses excuses, mercredi, après avoir affirmé que la victime d'un viol, âgée de 14 ans, avait «autant le contrôle de la situation» que son agresseur, un professeur de collège qu'il n'a condamné qu'à un mois de prison. Jeudi, les appels à sa démission et les pétitions se sont multipliés, notamment sous l'impulsion de plusieurs groupes défendant les victimes de viol.

Le juge G. Todd Baugh avait d'abord condamné l'enseignant Stacey Rambold à 15 ans de réclusion pour le viol de Cherice Moralez, une collégienne âgée de 14 ans au moment des faits, qui s'est suicidée peu de temps après, en 2010. Mais lundi, il a suspendu presque toute la peine pour n'en conserver que 31 jours, estimant que la jeune victime était «plus vieille que son âge biologique» et qu'elle avait «autant le contrôle de la situation» que l'enseignant.

Trop jeune pour des relations sexuelles consenties

Dans le Montana, la majorité sexuelle est fixée à 16 ans. Le juge a donc reconnu que l'élève ne «pouvait pas donner son consentement». Mais selon lui, «il s'agissait d'une jeune fille troublée». «Même si cette affaire est horrible, il n'y a pas eu d'acte violent et forcé», précise le juge.

Dans un premier temps, l'enseignant avait été inculpé de «relations sexuelles non consenties avec une mineure». Après le suicide de l'adolescente, il avait passé un accord avec le procureur, plaidant coupable de viol et s'engageant à suivre un traitement psychiatrique.

Le juge s'excuse pour ses propos, pas pour le verdict

«Je ne sais pas ce que je pensais ou ce que j'essayais de dire», a admis le juge Baugh dans une interview à un journal local de cet Etat rural, The Billings Gazette, daté de mercredi. «C'était juste stupide et faux». Mais le juge défend son verdict, estimant qu'il était «juste» au vu des circonstances.

Le directeur du district scolaire de Billings, Terry Bouck, a, lui souligné qu'il n'était pas d'accord avec la sentence: «Je respecte notre système judiciaire mais je pense qu'il mérite de passer plus que 30 jours en prison.» La mère de la jeune victime a fait part de son «incrédulité». «Cela rend quelque part un viol plus acceptable si vous blâmez la victime, même si elle n'avait que 14 ans», a-t-elle conclu.

De leur côté, les procureurs sont en train de réexaminer le verdict, basé sur une loi de l'Etat donnant au juge toute latitude concernant les peines à infliger aux accusés reconnus coupables d'avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs.