L'Egypte ne «pliera» pas devant la violence des islamistes, assure le chef de l'armée

MONDE Le nouvel homme fort du pays a réaffirmé sa détermination...

avec AFP

— 

Un pro-Morsi dans les rus du Caire.
Un pro-Morsi dans les rus du Caire. — VIRGINIE NGUYEN HOANG / AFP

Le général Abdel Fattah al-Sissi, le chef de l'armée égyptienne et nouvel homme fort du pays, a assuré dimanche que l'Egypte ne «plierait» pas devant la violence des islamistes, lors d'une réunion avec les principaux chefs militaires et de la police. «Quiconque imagine que la violence fera plier l'Etat et les Egyptiens doit revoir sa position, nous ne resterons jamais silencieux face à la destruction du pays», a déclaré le général Sissi dans sa première déclaration depuis le début, mercredi, des affrontements avec les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi.

Le chef de l'armée a tenu ses propos lors de la réunion d'une centaine d'officiers supérieurs de l'armée et de la police, ainsi que du ministre de l'Intérieur Mohammed Ibrahim.

Etat d’urgence

L'armée emmenée par Sissi a renversé et arrêté le 3 juillet Mohamed Morsi, le premier chef de l'Etat élu démocratiquement en Egypte. Depuis, ses partisans manifestent pour son retour et contre le «coup d'Etat», mais depuis cinq jours, l'armée et la police les dispersent systématiquement, y compris en ouvrant le feu sur eux.

Le pouvoir, qui a décrété l'état d'urgence et le couvre-feu, a donné l'autorisation aux soldats et policiers d'ouvrir le feu sur les manifestants hostiles, qualifiant les manifestants de «terroristes» et assurant que les forces de sécurité essuient des tirs. Plus de 750 personnes ont été tuées dans les heurts en cinq jours, des pro-Morsi pour la grande majorité, mais aussi 70 policiers.