Irak: Sept morts dans des attaques

avec AFP

— 

Sept personnes sont mortes vendredi dans des explosions et des attaques d'hommes armés en Irak, pays en proie à une vague de violences que le gouvernement ne parvient pas à endiguer.

Quatre personnes sont mortes dans l'explosion d'une bombe au bord d'une route à Ghazaliyah, dans l'ouest de Bagdad; le chef de la police de la ville de Mouqdadiya, au nord de la capitale, a été tué chez lui, devant sa famille, par des hommes armés; et deux personnes sont mortes dans l'explosion d'une bombe dans une station de bus dans la province de Diyala.

Dans un quartier de Bagdad, six personnes ont été blessées par une explosion.

Ces attaques interviennent au lendemain d'une vague d'attentats coordonnés qui a fait au moins 23 morts.

Le même jour, le ministère de l'Intérieur a mis en garde contre la transformation de l'Irak en «champs de bataille», tout en déclarant que, bien que «le combat contre le terrorisme soit long et difficile, nous le remporterons en fin de compte».

Avant lui, le Premier ministre Nouri al-Maliki a promis que les forces de sécurité allaient continuer de mener des arrestations massives et de viser des camps d'activistes pour endiguer cette vague de violences, la pire qu'ait connue le pays depuis 2008.

Plus de 3.460 personnes ont été tuées en Irak depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP.