Egypte: Au moins 70 morts dans les heurts ce vendredi

F.F. et A.D., avec AFP

— 

Des soldats égyptiens se tiennent devant la mosquée de Rabaa al-Adawiya, le 15 août 2013 au Caire
Des soldats égyptiens se tiennent devant la mosquée de Rabaa al-Adawiya, le 15 août 2013 au Caire — Khaled Desouki AFP
Ce live est à présent terminé, merci de l'avoir suivi. Vous trouverez ici une synthèse des évènements de la journée. A bientôt sur 20minutes.fr.

20h15: Appel islamiste à cesser de manifester vendredi mais à défiler tous les jours
Une coalition islamiste égyptienne a appelé à mettre fin aux manifestations vendredi après des heurts meurtriers à travers le pays, demandant toutefois aux partisans du président Mohamed Morsi destitué par l'armée de manifester quotidiennement à partir de samedi.
«Les manifestations d'aujourd'hui prendront fin avec la dernière prière de la soirée qui sera suivie de prières pour les morts», a affirmé à l'AFP Gehad al-Haddad, porte-parole de l'Alliance contre le coup d'Etat. «Il y aura des manifestations contre le coup d'Etat tous les jours», a-t-il toutefois prévenu, alors que son mouvement avait appelé ses partisans à défiler «par millions» et «pacifiquement» pour dénoncer le «massacre» mercredi de près de 600 personnes, notamment dans la dispersion extrêmement violente de camps de manifestants pro-Morsi au Caire.

19h43: L'Iran demande l'intervention de l'OCI
Le nouveau ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a demandé l'intervention de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) pour trouver une «solution pacifique» à la crise égyptienne, a rapporté vendredi le site de la télévision d'Etat. Dans un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'OCI, Ekmeleddin Ihsanoglu, le chef de la diplomatie iranienne a «condamné le massacre de la population sans défense en Egypte et demandé l'arrêt des violences». Il a également appelé à une «intervention le plus rapidement possible de l'OCI pour empêcher une aggravation des tensions et trouver une solution pacifique».

19h36: Hollande et Cameron pour «un message européen fort» sur la crise en Egypte
François Hollande et le premier ministre britannique David Cameron ont constaté vendredi «la nécessité d'un message européen fort» pour tenter de trouver une issue à la crise en Egypte.
Lors d'un entretien téléphonique, François Hollande et David Cameron ont également souligné «la convergence de leurs analyses sur la gravité des violences de ces derniers jours», écrit l'Elysée dans un communiqué.
18h47: Nouveau bilan d'au moins 70 morts ce vendredi
Des violences entre partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi, mobilisés par milliers, et forces de l'ordre ont fait au moins 70 morts vendredi en Egypte, avec des quartiers entiers transformés en champs de bataille.

18h39: Au moins 39 morts dans deux mosquées du Caire
Les cadavres d'au moins 39 personnes étaient alignés vendredi dans deux mosquées du Caire où la police et l'armée dispersaient des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, selon un correspondant de l'AFP et des témoins. Le correspondant de l'AFP a compté 18 cadavres dans une mosquée. Il avait auparavant vu 12 corps mais d'autres ont été amenés entre-temps. Des témoins n'appartenant à aucun camp ont par ailleurs indiqué à l'AFP avoir compté au moins 20 cadavres alignés dans une autre mosquée non loin de là.

18h16: Au moins 12 morts dans une autre mosquée du Caire

18h04: Hollande et l'Italien Enrico Letta demandent une «réaction européenne» à l'issue d'un entretien téléphonique

17h57: Le pouvoir égyptien dit se battre contre «un complot terroriste»
Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a proclamé vendredi son ferme appui au pouvoir égyptien «face au terrorisme» et dénoncé «les ingérences» dans ce pays meurtri par les violences entre partisans du président islamiste déchu et forces de sécurité.
«Le gouvernement et le peuple d'Arabie saoudite se tiennent aux côtés de leurs frères en Egypte, contre le terrorisme et face à tous ceux qui tentent de porter atteinte aux affaires intérieures» de ce pays, a dit le roi dans une déclaration reproduite par l'agence officielle SPA.
17h50: Plus de 20 cadavres dans une mosquée du Caire après des heurts, selon des témoins
Plusieurs témoins ont affirmé à l'AFP avoir compté plus de 20 cadavres dans une morgue improvisée d'une mosquée du centre du Caire, alors que des heurts font rage entre partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi et forces de l'ordre. L'un de ces témoins, n'appartenant à aucun des deux camps, a affirmé avoir compté 27 corps, tandis qu'un autre a dit avoir dénombré 20 cadavres et vu «d'autres corps arriver» alors qu'il quittait les lieux.

17h18: La Belgique déconseille «tout voyage» en Egypte
Les autorités belges ont déconseillé vendredi à leurs ressortissants «tout voyage» en Egypte, a-t-on appris auprès du ministère belge des Affaires étrangères. Jusqu'à présent, la Belgique déconseillait de se rendre en Egypte, «sauf (pour) les voyages vers les régions touristiques de la mer Rouge et du Golfe d'Aqaba». Désormais, ce sont tous les voyages dans ce pays qui sont déconseillés. Concernant les Belges qui se trouvent actuellement en Egypte, le ministère leur recommande de rester «extrêmement vigilants» et de limiter leurs déplacements «au strict minimum» et de «ne pas prolonger leur séjour au-delà de ce qui est nécessaire».

17h15: Berlin va «réexaminer ses relations avec l'Egypte»
L'Allemagne va «réexaminer ses relations avec l'Egypte» en raison de l'évolution récente de la situation dans le pays, a annoncé vendredi la chancellerie.
«La chancelière a expliqué que le gouvernement fédéral, en raison de l'évolution récente de la situation, allait réexaminer ses relations avec l'Egypte», affirme un communiqué gouvernemental rendant compte de l'entretien téléphonique d'Angela Merkel avec le président français François Hollande.
17h13: L'Arabie saoudite appuie l'Egypte face «au terrorisme»

15h55: Au moins 12 morts dans les affrontements en Egypte selon le gouvernement
Au moins 12 personnes ont péri vendredi dans les affrontements entre partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi et forces de l'ordre à travers l'Egypte, selon un bilan fourni par le ministère de la Santé dans l'après-midi. De son côté, l'Alliance contre le «coup d'Etat», une coalition pro-Morsi, a affirmé qu'au moins 25 personnes avaient été tuées sur la seule place Ramsès, dans le centre du Caire, principal point de rassemblement des manifestants islamistes.

15h50: L'Egypte annule ses manoeuvres navales avec la Turquie pour «ingérence»
L'Egypte a annoncé vendredi qu'elle annulait ses manoeuvres navales avec la Turquie prévues en octobre pour protester contre les «ingérences» d'Ankara qui a condamné la répression sanglante des manifestations de soutien au président islamiste destitué Mohamed Morsi. La Turquie a rappelé son ambassadeur au Caire qui en a fait de même, et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, soutien du président Morsi chassé par l'armée le 3 juillet, a appelé à une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à ce qu'il a qualifié de «massacre» en Egypte.

15h30: Manifestation pro-Morsi au Pakistan
Des centaines de personnes ont manifesté ce vendredi dans les principales villes du Pakistan pour soutenir le président égyptien déchu Mohamed Morsi et dénoncer l'offensive sanglante contre ses partisans, selon des journalistes de l'AFP. «Nous sommes avec Morsi», «Pourquoi les Etats-Unis soutiennent-ils les dictateurs dans le monde musulman», pouvait-on lire sur de grandes bannières lors d'une marche à Karachi (sud) de la Jamaat-e-Islami, un parti islamiste pakistanais proche idéologiquement des Frères musulmans égyptiens, grande confrérie du président déchu Mohamed Morsi.
15h29: Manifestation de soutien aux islamistes au Soudan
Plusieurs centaines de manifestants ont défilé à Khartoum à l'appel d'organisations islamistes pour protester contre la répression sanglante des partisans pro-Morsi en Egypte, ce vendredi. Quelque 500 personnes se sont rassemblées devant le palais présidentiel, brandissant des portraits de Mohamed Morsi et le drapeau égyptien. «Sissi: agent israélien et américain», ont-ils scandé.
15h28: Hollande et Merkel demande une «concertation urgente au niveau européen»
Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont demandé vendredi «une concertation urgente au niveau européen» sur la sanglante crise égyptienne, a indiqué l'Elysée. Les deux dirigeants se sont entretenus par téléphone et «ont appelé à une cessation immédiate des violences», déclare un communiqué de la présidence française.
15h: TUI annule tous ses voyages pour l'Egypte jusqu'au 15 septembre
«TUI annule tous les voyages vers l'Egypte jusqu'au 15 septembre inclus et réagit ainsi à l'évaluation de la situation par le ministère des Affaires étrangères», déclare le voyagiste allemand TUI dans un communiqué. Une porte-parole a précisé à l'AFP que cette mesure concernait les voyages au départ de l'Allemagne.
14h50: Des tirs retentissent dans divers quartiers du Caire selon des témoins
14h34: Des coups de feu place Ramses
C'est ce que rapporte une journaliste basée au Caire via Twitter
14h21: Quatre manifestants tués par balles
Au moins quatre manifestants ont été tués par balles vendredi par l'armée à Ismaïlia, dans le nord de l'Égypte, au cours d'un rassemblement de partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, selon des responsables de la sécurité.
14h: La Turquie rappelle son ambassadeur
La Turquie a durci très fortement le ton envers l'Egypte, rappelant son ambassadeur au Caire après la répression sanglante des Frères musulmans, au risque d'atteindre un point de «non-retour» dans ses relations avec le pouvoir égyptien dirigé par l'armée, selon les analystes. L'ambassadeur de Turquie au Caire Huseyin Avni Botsali a été rappelé jeudi soir «pour discuter des derniers développements qui se déroulent en Egypte, a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère turc.L'Egypte a aussitôt répliqué en rappelant son ambassadeur en Turquie pour consultations, selon les médias égyptiens.
13h53: Un policier tué dans une embuscade au Caire, selon les autorités
13h41: Début des manifestations des pro-Morsi dans des villes d'Egypte
Les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi ont commencé à manifester, notamment au Caire où les chars de l'armée ont barré les principaux accès et où policiers et soldats ont l'autorisation d'ouvrir le feu, selon les chaînes locales.
13h36: Heurts entre police et islamistes dans le nord de l'Egypte
La police a tiré à la chevrotine et des grenades lacrymogènes sur des manifestants islamistes dans la ville de Tanta, dans le nord du pays, selon des responsables de la sécurité.

12h09: Réunion des ambassadeurs de l'UE lundi à Bruxelles
Les représentants des 28 Etats membres de l'UE se réuniront lundi à Bruxelles pour faire le point sur la situation en Egypte, a annoncé vendredi le Service d'action extérieure de Catherine Ashton.
11h52: Harlem Désir appelle à «l'organisation d'élections démocratiques»
Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste, a affirmé qu'il fallait «en revenir à un processus politique» pour faire cesser la violence en Egypte, avec «l'organisation d'élections démocratiques», vendredi sur BFMTV. «La violence se déchaîne de façon insupportable. Il faut que la répression, que tous les faits de violence cessent maintenant et (il faut) en revenir à un processus politique, un processus démocratique», a affirmé Harlem Désir.
11h49: L'Allemagne «condamne vigoureusement la violence»
Berlin «condamne vigoureusement la violence» en Egypte et appelle toutes les parties à négocier, a déclaré vendredi à Berlin le porte-parole du gouvernement. «Il n'y a qu'une bonne solution, et c'est celle à laquelle nous appelons, c'est le retour aux discussions», a-t-il dit.
11h39: La place Tahrir bouclée par l'armée
Selon Al-Jazira, les forces militaires ont fermé les accès à la place Tahrir, au Caire, après que les ilsmaistes ont appelé à de nouvelles manifestations ce vendredi.
11h02: Hollande s'entretiendra avec Cameron à 18h30
Le président François Hollande s'entretiendra avec le Premier ministre britannique, David Cameron, vendredi vers 18h30, a indiqué l'Elysée à l'AFP.
10h23: Hollande et Merkel en entretien téléphonique à 12h
La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande doivent avoir vendredi à 12h GMT un entretien téléphonique consacré à l'Egypte, a-t-on appris de source diplomatique à Berlin.
10h03: Les autorités russes conseillent de ne plus se rendre en Egypte
Les autorités russes ont recommandé aux tours-opérateurs du pays de ne plus vendre de séjours en Egypte, a indiqué ce vendredi une responsable du secteur. L'agence russe pour le tourisme a recommandé jeudi soir aux tours-opérateurs de cesser de vendre des séjours en Egypte jusqu'à la normalisation de la situation dans ce pays. «Les séjours (en Egypte) ont été vendus jusqu'à fin septembre, certains pour octobre et début novembre. Il peut s'agir en gros de 50.000 séjours vendus», a indiqué Maïa Lomidzé, directrice de l'Association des tours-opérateurs russes citée par l'agence Ria Novosti.

Le ministère russe des Affaires étrangères a recommandé jeudi aux Russes de s'abstenir de voyager en Egypte en raison des "troubles" qui touchent des zones touristiques.
 
Plus de 50.000 touristes russes se trouvent actuellement en Egypte, selon l'agence russe pour le tourisme.
9h10: Laurent Fabius dénonce une «situation très inquiétante»
Les violences en Egypte créent «une situation très inquiétante» pour l'ensemble de la région, avec «le risque que ce soient des mouvements extrémistes qui récupèrent toute la tension», a déclaré ce vendredi le chef de la diplomatie Laurent Fabius. «Quand vous mettez bout à bout, même s'il ne faut pas tout confondre, ce qui se passe en Syrie, en Egypte, au Liban, en Irak, et l'incidence que ça peut avoir sur le conflit israélo-palestinien (...), c'est effectivement très, très, très inquiétant», a souligné Laurent Fabius sur la radio RTL. «L'Egypte est un pays absolument déterminant dans le monde arabe», a ajouté le ministre. «C'est une raison supplémentaire pour laquelle il faut demander, comme les Nations unies l'ont demandé à l'appel de la France hier, une décélération, une retenue maximale. Sinon le risque c'est que ce soient des mouvements extrémistes qui récupèrent toute la tension», a-t-il fait valoir.
9h05: Le Conseil de sécurité de l'ONU veut «un minimum de retenue»
Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU souhaitent que «les parties en Egypte fassent preuve d'un maximum de retenue», a déclaré jeudi la présidente argentine du Conseil à l'issue de consultations sur la crise en Egypte. Rendant compte de ces consultations devant la presse, l'ambassadrice argentine Maria Cristina Perceval a ajouté que les 15 pays avaient «déploré les pertes humaines» et souhaitaient la fin de la violence et des progrès vers la «réconciliation nationale».
9h: La présidence égyptienne critique la condamnation d'Obama
La présidence égyptienne a critiqué la condamnation par Barack Obama des violences en Egypte qui risque, selon elle, d'«encourager» les groupes violents. «La présidence craint que les déclarations non basées sur des faits puissent encourager les groupes armés violents», a-t-elle déclaré dans un communiqué, en réponse aux déclarations du président américain qui a «condamné avec force» la sanglante répression des manifestations pro-Morsi et estimé que l'Egypte était sur une «voie dangereuse».

Les Frères musulmans ont appelé à des manifestations au Caire dans le cadre d'un «vendredi de la colère», après de nouvelles attaques jeudi contre les forces de sécurité en Egypte au lendemain de la répression de manifestants pro-Morsi qui a fait près de 600 morts.

Alors que de nombreux pays occidentaux ont condamné ce bain de sang, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont appelé jeudi soir les différentes parties en Egypte à faire preuve d'un «maximum de retenue».

La place Ramsès

Les Frères musulmans ont quant à eux appelé à des rassemblements au Caire après la prière traditionnelle du vendredi, augurant d'une nouvelle journée sous tension dans ce pays placé en état d'urgence.

«Les défilés contre le coup d'Etat demain (vendredi) partiront de toutes les mosquées du Caire et se dirigeront vers la place Ramses après la prière pour un vendredi de la colère», a précisé le porte-parole de la confrérie islamiste, Gehad El Haddad, sur son compte Twitter.

Les Etats-Unis ont de leur côté annulé des exercices militaires communs et incité leurs ressortissants à quitter l'Egypte, sans aller jusqu'à interrompre l'aide annuelle (1,5 milliard de dollars) versée en grande partie à la toute-puissante armée de leur grand allié. Mais Washington se réserve la possibilité de prendre des «mesures supplémentaires», a averti le président Barack Obama.

La police autorisée à tirer sur les manifestants

Ce dernier a «condamné avec force les mesures prises par le gouvernement intérimaire égyptien», comme la réinstauration de l'état d'urgence. La présidence égyptienne a immédiatement réagi en dénonçant «des déclarations non fondées sur des faits» qui, selon elle, risquent «d'encourager les groupes armés violents».

Loin de chercher l'apaisement, le pouvoir égyptien mis en place par l'armée a annoncé avoir autorisé la police à tirer à balles réelles sur quiconque s'en prendrait à des bâtiments officiels ou aux forces de l'ordre, faisant craindre de nouvelles violences sanglantes.

Cette annonce du ministère de l'Intérieur a été faite après une attaque contre le siège de la province de Guizeh dans la banlieue du Caire et la mort de neuf policiers et militaires, attribuées à des «islamistes» notamment dans la péninsule instable du Sinaï.

578 personnes tuées mercredi

Le gouvernement avait auparavant salué la «très grande retenue» de la police après la dispersion mercredi des deux camps érigés au Caire par les partisans du président Mohamed Morsi destitué et arrêté le 3 juillet par l'armée, et les violences qui se sont propagées ensuite dans tout le pays.

Selon un dernier bilan du ministère de la Santé, 578 personnes ont péri, dont 535 civils, la journée la plus meurtrière en Egypte depuis la révolte ayant chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak en février 2011.

Le ministère a précisé que 228 personnes avaient péri sur la place Rabaa al-Adawiya, principal point de rassemblement occupé depuis plus d'un mois par des milliers de pro-Morsi. 90 autres ont péri dans la dispersion du second sit-in pro-Morsi au Caire. Selon les autorités, 43 policiers ont été tués.