David Cameron favorable au boycott de certains réseaux sociaux après le suicide d'une adolescente

MONDE Le Premier ministre britannique a qualifié certains réseaux sociaux d'«abjects»...

avec AFP

— 

Le Premier ministre britannique, David Cameron, le 3 juin 2013 à Londres.
Le Premier ministre britannique, David Cameron, le 3 juin 2013 à Londres. — A.COWIE / AFP

Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé jeudi à boycotter les réseaux sociaux «abjects» qui ne protègent pas les jeunes du harcèlement sur internet, après le récent suicide d'une adolescente qui a suscité une controverse. Hannah Smith, une Britannique de 14 ans, s'est pendue le 2 août après avoir été, selon son père, victime de messages l'incitant à se tuer sur le site ask.fm, très populaire auprès des adolescents.

«Faire quelque chose en ligne ne vous met pas au-dessus de la loi»

«Les gens qui gèrent ces sites doivent monter au créneau et faire preuve de responsabilité dans la façon dont ils les font fonctionner», a déclaré David Cameron sur la chaîne Sky News. «Il y a quelque chose que nous pouvons tous faire en tant que parents et en tant qu'utilisateurs d'internet, c'est de ne pas utiliser certains sites abjects. Boycottez-les, n'y allez pas, ne vous y inscrivez pas», a-t-il exhorté. «Je suis tout à fait disposé à examiner toutes les actions à prendre pour essayer d'empêcher de futures tragédies comme celle-ci», a assuré le Premier ministre. «Faire quelque chose en ligne ne vous met pas au-dessus de la loi. Si vous incitez quelqu'un à faire du mal, si vous incitez à la violence, c'est une violation de la loi, que vous soyez en ligne ou pas», a-t-il averti.

Vers une régulation plus stricte de ces sites

Une porte-parole de ask.fm avait mardi qualifié la mort de Hannah Smith de «véritable tragédie», ajoutant que le site coopérait avec la police dans son enquête. «Ask.fm encourage activement nos utilisateurs et leurs parents à rapporter tout acte de harcèlement», a indiqué la porte-parole, précisant qu'une équipe de modérateurs était chargée de retirer les contenus abusifs signalés.

Créé en 2010 et basé en Lettonie, ask.fm est un réseau social qui fonctionne sur le principe des questions-réponses. S'il faut fournir une adresse mail pour ouvrir un compte, le site permet également d'envoyer de façon anonyme des messages à un utilisateur. Ask.fm compte 13,2 millions d'utilisateurs quotidiens et se place à la neuvième place des réseaux sociaux dans le monde en terme de fréquentation, selon des données du site spécialisé comScore datant de juin.

Des associations ont appelé à la mise en place d'une régulation plus stricte de ce genre de sites. La question du harcèlement sur internet est particulièrement d'actualité au Royaume-Uni, où plusieurs femmes, dont des députées, ont été récemment victimes de menaces de viol et de mort sur Twitter.