Enlèvement spectaculaire à Bagdad

©2006 20 minutes

— 

Des hommes armés portant des uniformes de police ont procédé mardi à Bagdad à un spectaculaire enlèvement collectif d'une centaine de personnes dans un bâtiment du ministère irakien de l'Enseignement supérieur, entraînant l'arrestation de cinq hauts gradés de la police.
Des hommes armés portant des uniformes de police ont procédé mardi à Bagdad à un spectaculaire enlèvement collectif d'une centaine de personnes dans un bâtiment du ministère irakien de l'Enseignement supérieur, entraînant l'arrestation de cinq hauts gradés de la police. — Sabah Arar AFP

Cela n'avait encore jamais eu lieu à Bagdad. Hier matin, la capitale irakienne a été le théâtre d'un spectaculaire enlèvement collectif, le plus important depuis l'entrée des troupes américaines en Irak, en mars 2003. « Des hommes armés se présentant comme des commandos de la police ont fait irruption dans un bâtiment du ministère et enlevé près de 100 employés et visiteurs après un affrontement avec les gardes », a annoncé, à la télévision publique Iraqia, le ministre de l'Enseignement supérieur Abed Diab al-Oujaili, qui a évoqué une « catastrophe nationale ».

Les ravisseurs, revêtus de l'uniforme de police, sont arrivés à bord d'au moins vingt véhicules dans un bâtiment du ministère, situé dans le quartier de Karrada, à quelques kilomètres à peine de la « zone verte » ultraprotégée. Selon des témoins, ils auraient pris soin de séparer les chiites des sunnites et les hommes des femmes, avant d'emmener les otages menottés. L'opération, qui aurait duré près d'une heure, n'a suscité l'intervention d'aucune force de sécurité, dans une ville pourtant quadrillée. Quelques heures plus tard, cinq hauts gradés de la police en charge de ce quartier à majorité chiite ont d'ailleurs été arrêtés. Quinze otages auraient ensuite été relâchés dans la journée. En proie à la plus extrême violence, Bagdad est coutumière des enlèvements à caractère confessionnel. Mais jamais la capitale irakienne n'avait connu de rapt de cette ampleur. La communauté sunnite n'a de cesse de dénoncer la responsabilité d'escadrons de la mort agissant dans l'ombre des forces de sécurité. Mais il reste impossible de savoir qui pourrait avoir commandité cet enlèvement.

Armelle Le Goff (avec AFP)

Une journée d'attentats : 10 civils ont été tués et 25 blessés dans l'explosion d'une voiture piégée à Chorja, dans le centre de Bagdad. 7 personnes ont été tuées et 25 blessées dans un autre attentat à la voiture piégée dans un quartier chiite de Sadr City. 13 personnes sont mortes dans d'autres attaques autour de la capitale. 22 civils ont été tués à Baaquba et à Mossoul, au nord de la capitale, et trois autres sont décédés à Tikrit.