Quand les Etats-Unis interceptent une «conf call» d'Al-Qaida

C.B.

— 

L'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, au Yémen, le 11 juin 2001.
L'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, au Yémen, le 11 juin 2001. — AFP PHOTO/Khaled FAZAA

La semaine dernière, les Etats-Unis décidaient de fermer leurs ambassades dans une vingtaine de pays. Mardi, ils évacuaient le personnel de leur ambassade au Yémen, avant d’exhorter leurs ressortissants à quitter «immédiatement» ce pays, bientôt suivis par plusieurs pays occidentaux.

Le tout pour un motif évident: le risque d’attentat. Et si les Américains prennent ces mesures de précaution, c’est parce que leurs services de renseignement ont surpris une conférence téléphonique… entre plusieurs chefs d’Al-Qaida. C’est ce qu’affirme ce mercredi le site The Daily Beast.

«Plus de 20 agents secrets d’Al Qaida participaient à cet appel»

Jusqu’à présent, des médias avaient révélé l’interception, par les renseignements américains, de «communications» entre Zawahiri, le chef d'Al-Qaida, et Nasser Al-Wuhayshi, le responsable de la branche yéménite de l'organisation. Mais d’après The Daily Beast, cette conversation incluait non pas deux, mais plusieurs représentants de la direction d'Al-Qaida et de ses filiales. «En tout, plus de 20 agents secrets d’Al-Qaida participaient à cet appel», rapporte le site.

Parmi eux, il y avait les responsables de Boko Haram (Nigéria), des talibans pakistanais, d’Al-Qaida en Irak ou encore d’Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique). Il y avait également des filiales moins connues, comme la branche d’Ouzbékistan, ou encore celle du Sinaï. C’est d’ailleurs ce qui «a poussé le Département d'État à fermer l'Ambassade américaine à Tel Aviv», avance The Daily Beast.

Une promotion pour Nasser Al-Wuhayshi

C’est également lors de cette conf call que Zawahiri a annoncé la nomination de Nasser Al-Wuhayshi au poste de «Ma'sul Al-Amm», un terme arabe que le site traduit comme «directeur général». Concrètement, le leader yéménite obtient le contrôle opérationnel de plusieurs filiales d’Al-Qaida.

Une promotion qui n’est pas sans inquiéter les Américains. Et qui les a incité à évacuer leur personnel présent au Yémen. D’autant plus que les pontes islamistes auraient évoqué, toujours lors de cette conf call, des attentats en préparation et mentionné des «équipes déjà en place pour une attaque».