Procès Mediaset: Peine de prison confirmée pour Silvio Berlusconi

ITALIE La Cour de cassation a confirmé le jugement pour fraude fiscale...

avec AFP

— 

Silvio Berlusconi, le 1er mars 2013, au tribunal de Milan.
Silvio Berlusconi, le 1er mars 2013, au tribunal de Milan. — Antonio Calanni/AP/SIPA

La Cour de Cassation a confirmé ce jeudi la condamnation à la prison de l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi pour fraude fiscale et décidé de faire rejuger en appel son interdiction d'exercer une fonction publique pendant cinq ans. Silvio Berlusconi, 76 ans, qui avait été condamné en première instance et en appel à quatre ans de prison dont trois couverts par une amnistie, ne devrait toutefois pas aller en prison en raison de son âge.

Silvio Berlusconi a subi jeudi sa première condamnation judiciaire définitive après la décision de la Cour de Cassation de confirmer la peine de prison dans l'affaire Mediaset. Au fil des ans, le Cavaliere a été condamné à six reprises en première ou deuxième instance au cours de ces années pour un total de 18 ans et cinq mois de prison ferme, dont trois ans couverts par une amnistie. Le Cavaliere a bénéficié à trois reprises après la première instance d'un acquittement ou d'une prescription pour ces délits, tandis que des appels sont en cours ou annoncé dans deux autres procès.

Première condamnation définitive

Réagissant à la sentence, Silvio Berlusconi l'a qualifiée jeudi de «condamnation dénuée de tout fondement». «Cette condamnation est dénuée de tout fondement et me privera de ma liberté et de mes droits politiques (...) Nous devons continuer à combattre, à faire de la politique, pour réaliser toutes les réformes nécessaires, au premier rand desquelles celle de la justice», a affirmé l'ex-chef de gouvernement dans un message vidéo.

Ses avocats ont, eux,dénoncé une sentence «injuste», estimant qu'il y avait «des raisons et des arguments juridiques très solides pour parvenir à un acquittement complet». «Nous évaluerons et nous entreprendrons toute initiative utile, y compris devant les instances européennes, pour obtenir que cette sentence injuste soit radicalement modifiée», ont annoncé les avocats Franco Coppi et Nicolo Ghedini, cités par l'agence de presse italienne Ansa.