Cleveland: Ariel Castro condamné à la prison à vie

JUSTICE «Ariel Castro ne sortira jamais de prison», a assuré le juge qui a entendu le tortionnaire de Cleveland ce jeudi...

avec AFP

— 

Ariel Castro à Cleveland le 9 mai 2013.
Ariel Castro à Cleveland le 9 mai 2013. — Dan Callister / Rex Fea/REX/SIPA

Ariel Castro, qui avait plaidé coupable de la séquestration et des viols pendant 10 ans à Cleveland de trois jeunes femmes, a été condamné jeudi à la prison à vie sans possibilité de libération anticipée.

Lors d'une audience destinée à déterminer la peine d'Ariel Castro, le juge Michael Russo a notamment condamné Ariel Castro pour meurtre aggravé qui pesait sur lui pour avoir mis un terme à la grossesse d'une de ses captives en la rouant de coups pendant son calvaire. Le juge a longuement égréné la liste des centaines de chefs d'accusation qui pesaient sur l'ex-chauffeur de bus de 53 ans.

Ariel Castro a affirmé qu'il n'était «pas un monstre» mais qu'il était «malade» jeudi lors d'une audience pour déterminer sa peine.

Une des victimes a raconté les souffrance endurées

«Je ne suis pas un monstre, je suis malade», a-t-il dit dans une déclaration parfois décousue, peu après qu'une de ses trois victimes a livré un témoignage poignant des souffrances qu'elle a endurées.

Agressé sexuellement  dans sa jeunesse

Ariel Castro s'est adressé durant plusieurs minutes à la cour, parfois apparemment très ému. Il a répété avoir été agressé sexuellement lorsqu'il était jeune et être devenu accro au sexe et à la pornographie.

Il a ajouté qu'il ne savait toujours pas pourquoi il avait retenu captives les trois jeunes femmes pendant une décennie, mais selon lui «il y avait une certaine harmonie à la maison».

Ariel Castro a aussi affirmé que les jeunes femmes mentaient quand elles racontaient qu'il les battait: «Je ne suis pas une personne violente», a-t-il clamé.

«La plupart des relations sexuelles dans la maison, probablement toutes, étaient consenties», a-t-il encore insisté.

Un accord lui permet d'échapper à la peine capitale

L'ancien chauffeur de bus de 53 ans a plaidé coupable vendredi dernier en vertu d'un accord avec l'accusation qui lui permettra d'échapper à la peine capitale. Cet accord prévoit une peine de prison à vie sans possibilité de libération anticipée.