Zimbabwe: Le parti de Mugabe revendique la victoire à la présidentielle

MONDE De leur côté, les partisans du Premier ministre Morgan Tsvangirai, le rival de Mugabe, ont lancé des accusations de fraudes...

avec AFP

— 

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a indiqué jeudi qu'il prévoyait de nouvelles élections générales dans environ deux ans, tandis que des ministres d'Afrique australe réfléchissaient aux moyens d'aider leur voisin à reconstruire une économie en ruine.
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a indiqué jeudi qu'il prévoyait de nouvelles élections générales dans environ deux ans, tandis que des ministres d'Afrique australe réfléchissaient aux moyens d'aider leur voisin à reconstruire une économie en ruine. — Alexander Joe AFP/Archives

Le parti du président sortant Mugabe ont revendiqué ce jeudi la victoire à l'élection présidentielle. Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, principal adversaire du président, a quant à lui qualifié l'élection d'«énorme farce». «A notre avis, cette élection est nulle et non avenue», a-t-il dit lors d'une conférence de presse, ajoutant que c'est «une élection factice qui ne reflète pas la volonté du peuple» à cause des manipulations du camp Mugabe. Les observateurs régionaux de la communauté d'Afrique australe (SADC), dont l'avis sera déterminant pour valider les élections, rendront leurs conclusions vendredi, a indiqué une porte-parole.

Les Zimbabwéens ont massivement participé à l'élection présidentielle mercredi, malgré les accusations de fraude lancées par les partisans du Premier ministre Morgan Tsvangirai, qui tente de déboulonner l'inusable Robert Mugabe, 89 ans, et au pouvoir sans discontinuer depuis 33 ans. Le dépouillement des bulletins de vote devait se poursuivre jeudi, alors que la police avait averti mercredi soir qu'elle arrêterait «toute personne ou tout groupe» qui publierait des résultats non officiels de l'élection, a indiqué à la presse une porte-parole, Charity Charamba.

Un srutin «libre et honnête» selon l'Union africaine

Le chef de la mission d'observateurs de l'Union africaine, le Nigérian Olusegun Obasanjo, a qualifié le scrutin de «pacifique, ordonné, libre et honnête», dans une première réaction juste après la fermeture des bureaux de vote à 19h.

Dans ce pays meurtri par les violences politiques depuis des années, la journée s'est déroulée dans le calme, mais le MDC, le parti de M. Tsvangirai, avait dénoncé des irrégularités dans la composition des listes électorales, publiées à moins de 24 heures du vote.