Syrie: Inquiétudes sur le sort d'un père jésuite, Paolo Dall'Oglio, porté disparu

MONDE Il est connu pour ses critiques acerbes du régime de Bachar-el-Assad...

avec AFP

— 

Paolo Dall'Oglio, prêtre italien, le 2 mai 2013 à Paris
Paolo Dall'Oglio, prêtre italien, le 2 mai 2013 à Paris — V. WARTNER/20 MINUTES

Des informations contradictoires circulaient mardi sur le sort du père jésuite Paolo Dall'Oglio, connu pour ses critiques contre le régime de Damas, des militants craignant qu'il n'ait été enlevé en Syrie par Al-Qaïda. Le Vatican a affirmé «ne pas avoir d'informations» à ce sujet, tandis que le ministère italien des Affaires étrangères attend d'y voir plus clair avant de se prononcer, les informations étant pour le moment «discordantes», selon l'agence italienne Ansa.

Plusieurs militants sur Facebook ont affirmé que le religieux aurait été enlevé par des groupes radicaux. Le site anti-régime All4Syria a rapporté de son côté que père Dall'Oglio était allé lundi à la rencontre de l'«émir» du Front Al-Nosra, un groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda influent sur le terrain, dans la ville de Raqa (nord). «Mais il n'est pas rentré», précise-t-il.

«Il a dit à des militants d'annoncer sa disparition s'il ne revenait pas dans trois jours»

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) indique pour sa part que le père jésuite s'était rendu lundi à la rencontre de dirigeants de l'Etat islamique de l'Irak et du Levant (EIIL) pour tenter de négocier la libération de militants kidnappés par ce groupe également affilié à Al-Qaïda. «Il a dit à des militants d'annoncer sa disparition s'il ne revenait pas dans trois jours, or ces trois jours ne se sont pas écoulés» , précise à l'AFP Rami Abdel Rahmane. L'EIIL, qui combat le régime de Damas aux côtés de la rébellion dite modérée, est derrière de nombreux enlèvements de militants pacifiques dans la région de Raqa.

L'oeuvre internationale catholique AED (Aide à l'Eglise en détresse) a rapporté également de son côté dans un communiqué que le père jésuite ne serait pas enlevé mais serait allé rencontrer des membres d'Al-Qaïda pour demander la libération d'un membre d'un groupe de l'opposition.

Il soutient l'opposition démocratique

Sur sa page Facebook, le père jésuite avait posté samedi un message en arabe où il exprimait sa joie d'avoir visité la ville de Raqa, seul chef-lieu de province à être tenu par les rebelles. «Je me suis rendu aujourd'hui à Raqa et j'étais rempli de joie pour deux raisons, la première est parce que je me trouvais en territoire syrien et dans une ville libérée et la deuxième en raison de l'accueil formidable que m'a réservé cette jolie ville», a-t-il écrit. «C'est l'image de la nation que nous voulons pour tous les Syriens», avait-il ajouté.

Le père Dall'Oglio, que 20 Minutes a rencontré en mai, avait pris des positions très fermes contre la répression armée du régime de Bachar al-Assad, et avait été contraint par les autorités ecclésiales de son diocèse à partir, avant de revenir à une date indéterminée. Critique envers des évêques syriens jugés trop pro-Assad, ce jésuite italien énergique, à la parole forte, a depuis lors rencontré différents responsables arabes et occidentaux, pour faire prévaloir l'idée du soutien à l'opposition démocratique, seule manière selon lui d'éviter une dérive islamiste.