Hillary, Arnold et les autres... les stars qui ont fait la campagne

©2006 20 minutes

— 

Quelques sénateurs démocrates et républicains, y compris la sénatrice de New York Hillary Clinton, estiment qu'une loi est nécessaire pour interdire de profaner le drapeau, mais sans passer par un amendement à la Constitution.
Quelques sénateurs démocrates et républicains, y compris la sénatrice de New York Hillary Clinton, estiment qu'une loi est nécessaire pour interdire de profaner le drapeau, mais sans passer par un amendement à la Constitution. — Mandel Ngan AFP/Archives

Hillary Clinton La sénatrice de New York est archi-favorite à sa propre succession. En 2000, on lui donnait peu de chances. Elle a pourtant gagné et s'est depuis imposée, jusque dans les comtés conservateurs du nord de l'Etat, grâce à un inlassable travail de terrain. Elle répète qu'elle n'a pas encore pris sa décision pour la présidentielle 2008, mais a déjà mis en place ses équipes et multiplie les discours de présidentiable.

Arnold Schwarzenegger Candidat à sa réélection au poste de gouverneur de Californie, il est favori. Il y a encore un mois, le « governator » était pourtant au plus bas dans les sondages. Il s'est rattrapé en s'affichant proenvironnement, proavortement, antiarmes à feu... Il a pris autant que possible ses distances avec le président républicain George W. Bush et la stratégie paie.

Joe Lieberman L'ancien candidat à la vice-présidence en 2000 a perdu les primaires démocrates du Connecticut, en août, en raison de ses positions proguerre. Mais cela ne l'a pas empêché de se présenter à sa propre succession sous l'étiquette « indépendant » et... d'être largement en tête dans les sondages, grâce aux électeurs du centre, voire des républicains. Il a déjà annoncé qu'il siégerait au Congrès aux côtés de ses anciens amis démocrates.

Harold Ford Il pourrait être le premier sénateur noir jamais élu dans un Etat du Sud. Candidat démocrate dans le Tennessee, pourtant marqué à droite, Harold Ford est, selon les sondages, au coude à coude avec son adversaire républicain Bob Corker. La clé de son succès ? Il s'affiche au centre et insiste lourdement sur sa foi chrétienne, loin du « gauchisme » qui fait peur à l'Amérique profonde. Il est le symbole des Noirs démocrates qui ont le vent en poupe, comme Barack Obama, sénateur de l'Illinois, dont l'étoile ne cesse de monter pour 2008.

A New York, Emmanuel Saint Martin