A Nairobi, mesures tièdes interdites

©2006 20 minutes

— 

La 12e conférence internationale sur le climat, qui doit pérenniser et renforcer les efforts engagés pour lutter contre le réchauffement de la planète s'ouvre lundi à Nairobi, sur un continent "extrêmement vulnérable" à ce phénomène.
La 12e conférence internationale sur le climat, qui doit pérenniser et renforcer les efforts engagés pour lutter contre le réchauffement de la planète s'ouvre lundi à Nairobi, sur un continent "extrêmement vulnérable" à ce phénomène. — Tony Karumba AFP

Les constats alarmants se multiplient. Alors que s'ouvre la 12e conférence internationale sur le climat aujourd'hui à Nairobi, au Kenya, les experts sont unanimes : le réchauffement climatique menace l'humanité et l'économie mondiale. Si rien n'est fait, la note sera salée, d'après les conclusions de Nicholas Stern, l'ancien économiste en chef de la Banque mondiale. Son rapport, publié le 30 octobre, indique que toute inaction se traduirait par « des dérèglements de l'activité économique et sociale (...) d'une ampleur similaire à ceux qui ont suivi les plus grandes guerres et la grande dépression de la première moitié du xxe siècle ». La facture s'élèverait ainsi à 5 500 milliards d'euros.

Le rapport Stern est sorti peu après le film sur le combat de l'ex-vice-président américain Al Gore contre le réchauffement, Une vérité qui dérange, qui a fait un carton outre-Atlantique. Pour autant, le réchauffement climatique ne parvient pas encore à mobiliser les politiques, malgré un consensus croissant sur la question. Mauvais élève, le Canada envisage même de se retirer du protocole de Kyoto, qui oblige 35 pays industriels à réduire leurs émissions de CO2 d'ici à 2012. La conférence de Nairobi, qui rassemblera 189 pays sous l'égide de l'ONU, tentera donc de pérenniser et de renforcer la lutte contre le réchauffement. Une démarche d'autant plus urgente que des experts onusiens ont démontré, dans un rapport à paraître en 2007, l'ampleur et la rapidité inquiétantes du phénomène.

F. V.

Plus de 20 000 personnes ont manifesté à Londres samedi dans le cadre de la Journée d'action mondiale contre le réchauffement climatique.