Saddam Hussein condamné à la potence

©2006 20 minutes

— 

Le procès de Saddam Hussein reprend mercredi à Bagdad devant le Haut tribunal pénal irakien en l'absence des avocats de la défense et des principaux accusés, dont l'ancien chef de l'Etat.
Le procès de Saddam Hussein reprend mercredi à Bagdad devant le Haut tribunal pénal irakien en l'absence des avocats de la défense et des principaux accusés, dont l'ancien chef de l'Etat. — David Furst AFP/Pool

Le verdict est tombé hier. Près de trois ans après sa capture sans gloire près de son fief de Tikrit, Saddam Hussein a été condamné à mort par pendaison pour le massacre de 148 villageois chiites de Doujaïl, tués en représailles après un attentat raté contre lui en 1982.

L'audience, qui s'est déroulée au coeur de la « zone verte » à Bagdad, fut brève mais houleuse. Sommé de se lever pour la lecture du verdict, l'ex-Président a semblé secoué par la sentence. Tremblant, il a tenté une dernière bravade envers le Haut Tribunal pénal irakien, dont il a toujours contesté la légitimité. « Longue vie à l'Irak, longue vie aux Irakiens », a-t-il lancé, obligeant le président du tribunal à hausser la voix pour déclarer que « la peine capitale doit être appliquée ». L'ancien homme fort de l'Irak a alors brandi un Coran en criant « Dieu est plus grand que l'occupant. » Quatre gardes l'ont empoigné et fait sortir, les mains liées dans le dos.

Ainsi s'achève le premier procès de Saddam Hussein. Un procès tout aussi houleux que cette dernière audience. Ces dix mois furent en effet ponctués de démissions en cascade de magistrats et d'assassinats d'avocats. Deux ex-lieutenants sont aussi condamnés à mort. Seul le premier appelé, Azzam al-Ali, pourra sortir prochainement de camp Cropper, la prison américaine près de Bagdad où tous sont détenus. L'exécution de Saddam Hussein ne sera cependant pas immédiate, la procédure d'appel étant engagée automatiquement.

Faustine Vincent (avec AFP)

Chronologie : 19 octobre 2005 Début du procès de Saddam et ses sept coaccusés. L'ex-raïs plaide non coupable. 20 octobre L'avocat d'un coaccusé de Saddam Hussein est tué. 23 janvier 2006 Le juge kurde Abdel Rahmane succède à Rizkar Amine qui a démissionné après des critiques sur son manque de fermeté. 19 juin La peine de mort est requise contre trois accusés, dont Saddam.