Canada: un attentat déjoué, deux suspects arrêtés

© 2013 AFP

— 

Un attentat à l'explosif visant le parlement de la province canadienne de Colombie-Britannique a été déjoué lundi, jour de la fête nationale, et deux personnes "inspirées par l'idéologie d'Al-Qaïda" ont été arrêtées, a annoncé mardi la police.
Un attentat à l'explosif visant le parlement de la province canadienne de Colombie-Britannique a été déjoué lundi, jour de la fête nationale, et deux personnes "inspirées par l'idéologie d'Al-Qaïda" ont été arrêtées, a annoncé mardi la police. — AFP

Un attentat à l'explosif visant le parlement de la province canadienne de Colombie-Britannique a été déjoué lundi, jour de la fête nationale, et deux personnes «inspirées par l'idéologie d'Al-Qaïda» ont été arrêtées, a annoncé mardi la police fédérale.

Deux citoyens canadiens, John Stewart Nuttall, 38 ans, et Amanda Marie Korody, «28 ou 29 ans», ont été arrêtés lundi après-midi à Abbotsford, une banlieue de l'est de Vancouver, a annoncé la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), lors d'une conférence de presse.

Ils avaient conçu des bombes à partir de cocottes-minute, mais les explosifs «étaient inertes et n'ont représenté à aucun moment de menace pour la sécurité du public», ont souligné les autorités.

Informé en février du projet d'attentat par les services-secrets, la GRC a toujours gardé un «contrôle étroit» sur les bombes qui ont été saisies lundi à l'extérieur du parlement provincial, ont dit les enquêteurs, sans vouloir dire s'ils avaient eu des agents infiltrés, comme ce fut le cas dans d'autres affaires de terrorisme au Canada.

Quelque 40.000 personnes étaient réunis lundi devant le parlement de Victoria pour célébrer le 146e anniversaire de la naissance du Canada, a relevé la Première ministre de Colombie-Britannique, Christy Clark, dans un autre point de presse.

Les deux suspects, nés au Canada, se sont «radicalisés par eux-mêmes» après avoir été «inspirés par l'idéologie d'Al-Qaïda», a noté la police fédérale, tout en excluant une aide extérieure.

«Notre enquête a démontré que cette menace était de nature locale, sans liens internationaux», a souligné la GRC.

Rien n'indique que les deux Canadiens étaient liés aux auteurs de l'attentat de Boston, qui avait fait trois morts en avril, ni aux deux suspects de Toronto, arrêtés en avril par la police et accusés d'avoir voulu faire exploser un train de passagers en concertation avec la nébuleuse islamique, a insisté la GRC.

Interrogés par la presse, les enquêteurs ont reconnu que M. Nuttall avait perdu son frère en Afghanistan, tué en 2009 par l'explosion d'un engin improvisé alors qu'il effectuait une patrouille à pied dans une zone tenue par les talibans.

John Nutall avait même reçu les médailles posthumes revenant à son frère lieutenant des mains de David Johnston, Gouverneur général du Canada (représentant de la reine Elizabeth II, chef d'Etat en titre) en décembre 2011.

La GRC a toutefois répété que le décès du soldat canadien et l'implication de son frère dans un projet terroriste «ne sont pas liés».

La Première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a loué le travail d'enquête de la GRC, qui a fait en sorte qu'«il n'y a jamais eu de menace réelle pour le public» lors de la fête nationale.

«Nous ne permettrons jamais qu'un tel événement change qui nous sommes», a-t-elle lancé. L'esplanade devant l'assemblée et le bâtiment du parlement «appartiennent au peuple de la Colombie-Britannique, et nous ne permettrons pas qu'ils leur appartiennent» a-t-elle dit en référence aux suspects.

«Nous ne nous laisserons pas mener par la peur», a-t-elle assuré.

M. Nuttall et Mme Korody devaient comparaître mardi devant un juge qui devrait les maintenir en détention, selon la police.

«Les arrestations d'hier démontrent que le terrorisme continue d'être une menace réelle pour le Canada», a déclaré le ministre fédéral de la sécurité publique, Vic Toews.