Grande-Bretagne: Les meurtriers présumés du soldat Rigby devant la justice

LONDRES Les deux «loups solitaires» disent avoir agi «au nom d'Allah»...

Bérénice Dubuc

— 

Lee Rigby, le jeune soldat britannique tué le 22 mai à Londres, avait servi en Afghanistan.
Lee Rigby, le jeune soldat britannique tué le 22 mai à Londres, avait servi en Afghanistan. — AP/SIPA

Un peu plus d’un mois après l’attaque sauvage du soldat Lee Rigby dans le quartier londonien de Woolwich, ses meurtriers présumés font face à la justice. L’audience préliminaire des deux «loups solitaires» islamistes, prévue lors de leurs audiences d’inculpation début juin, doit se tenir vendredi.

Michael Adebolajo, qui tient à se faire appeler Mujahid Abu Hamza, et Michael Adebolawe sont accusés d’homicide et de détention illégale d'une arme à feu. Michael Adebolajo est également inculpé de tentative de meurtre contre deux policiers qui tentaient de l’interpeller peu après les faits.

Incidents contre les musulmans

Le 22 mai en plein après-midi, les deux Britanniques d'origine nigériane avaient renversé le soldat avant de l’achever à l’arme blanche. Ils disent avoir agi «au nom d'Allah» pour protester contre les interventions militaires britanniques en Irak et en Afghanistan.

Depuis le meurtre, le Royaume-Uni a connu une augmentation des incidents contre les musulmans. Vendredi en effet, une petite bombe rudimentaire a explosé près d'une mosquée des environs de Birmingham, sans faire ni victime, ni dégât important.

Lundi, le prince Charles a dénoncé d'«autres formes toxiques et dégradantes d'intolérance». Malgré cela, une nouvelle manifestation de l’English Defence League, un groupe d'extrême droite, est prévue samedi à Woolwich.