Les Femen européennes s'excusent de leur action seins nus à Tunis

MONDE «On ne pensait pas choquer les Tunisiens à ce point», a expliqué la Française Pauline Hillier lors du procès en appel des jeunes femmes...

avec AFP

— 

Trois militantes Femen (une Allemande, deux Françaises) mènent une action seins nus devant le Palais de justice de Tunis pour soutenir Amina Sboui, une Tunisienne détenue. Elles ont immédiatement été arrêtées.
Trois militantes Femen (une Allemande, deux Françaises) mènent une action seins nus devant le Palais de justice de Tunis pour soutenir Amina Sboui, une Tunisienne détenue. Elles ont immédiatement été arrêtées. — HAMMI/SIPA

Trois Femen européennes, condamnées à quatre mois de prison pour une manifestation seins nus en Tunisie, ont exprimé des excuses et promis de ne pas recommencer, lors d'une audience de leur procès en appel ce mercredi à Tunis. «Je regrette cet acte et je m'en excuse», a dit l'Allemande Josephine Markmann au juge Moez Ben Frej, qui lui faisait remarquer en français que «le droit musulman interdit de tels actes».

«On ne pensait pas choquer les Tunisiens à ce point, il est hors de question pour nous de recommencer», a répondu à son tour la Française Pauline Hillier, drapée comme ses co-accusées et comme de coutume pour les femmes jugées en Tunisie, du safsari, le voile traditionnel blanc les recouvrant de la tête au pied.

«Arrêtez de regarder leur poitrine, écoutez les»

Les avocats des associations islamiques ont demandé le report pour consulter le dossier, mais le juge leur a demandé de présenter immédiatement leurs arguments pour se constituer partie civile.

L'un d'eux, Me Seifeddine Makhouf, a demandé «un dinar symbolique pour le préjudice» et dénoncé «des pressions exceptionnelles sur le ministère public pour fixer une audience le plus rapidement possible». «Les associations avaient tout le loisir de consulter le dossier, il y a une stratégie de leur part pour que l'affaire ne soit jamais jugée», a protesté l'avocat français Patrick Klugman, soulignant que les Femen avaient déjà été détenues «trop longtemps».

«Vous ne pouvez pas pervertir le message de Femen (...) Leurs seins sont à la vue du public mais il y a un message dessus vous ne pouvez l'ignorer. Arrêtez de regarder leur poitrine (...) écoutez les», a-t-il lancé s'adressant à la cour.

«Aucune pornographie»

Et d'ajouter: «elles croyaient qu'elles ne risquaient rien dans un pays qui vient de se soulever pour la liberté». «Leur action seins nus ne traduit aucune débauche, aucune pornographie», a renchérit un autre avocat de la défense, Me Ivan Terel.

L'audience a été levée à 14h (heure de Paris) après deux heures de débats et le juge a annoncé que le verdict serait rendu dans la journée.

Incarcérées depuis le 29 mai, jour de leur action seins nus devant le Palais de justice de Tunis pour soutenir Amina Sboui, Femen tunisienne détenue, les trois femmes ont été condamnées le 12 juin en première instance à quatre mois et un jour de prison ferme pour «atteinte aux bonnes moeurs et à la pudeur».