500e exécution au Texas: La «culture de la peine de mort» y est toujours très forte

PEINE DE MORT Le Texas va exécuter ce mercredi soir son 500e prisonnier depuis 1976. Un chiffre qui ne semble pas choquer les Texans...

Bérénice Dubuc

— 

Photographie datant du 29 janvier 2013 de Kimberly McCarthy, qui doit être la 500e condamnée à mort exécutée au Texas, le 26 juin 2013.
Photographie datant du 29 janvier 2013 de Kimberly McCarthy, qui doit être la 500e condamnée à mort exécutée au Texas, le 26 juin 2013. — AFP PHOTO / Texas DOCJ

Texas, Virginie et Oklahoma. Le top trois des Etats américains qui ont exécuté le plus de condamnés à mort. Et cela continue: ce mercredi, le Texas va voir sa 500e exécution depuis 1976 (voir l'infographie ci-dessous, faites un clic droit sur la carte pour l'agrandir). Kimberly McCarthy, afro-américaine de 52 ans condamnée pour le meurtre d'une septuagénaire en 1997 lors d’un cambriolage, doit recevoir ce mercredi à 18h locales (1h du matin jeudi à Paris) l’injection létale à la prison d’Huntsville. La Virginie, deuxième Etat en termes d’exécutions de condamnés, est bien loin derrière, avec 110 exécutions. L’Oklahoma est troisième avec 105 mises à morts.

Pourtant, le taux de criminalité dans ces Etats n’est pas moins important malgré la «menace» que représente la peine de mort pour les criminels. «Il n’y a pas de corrélation entre le taux de criminalité ou la baisse du taux de criminalité et la peine de mort», souligne Arnaud Gaillard, sociologue et auteur de 999, Au cœur de couloirs de la mort (éd. Max Milo) et co-réalisateur de Honk, documentaire sur la peine de mort. «En réalité, une bonne partie des condamnations à mort émane de quelques comtés, explique-t-il, notamment le Comté de Harris, où le district attorney requerrait systématiquement la peine de mort, en faisant un genre de commerce pour se faire réélire.»

Et, alors que d’autres Etats -comme la Californie, qui a le plus grand nombre de condamnés à mort dans ses prisons- n’exécutent plus systématiquement les condamnés, «au Texas, ils exécutent. Il n’y a pas de tolérance judiciaire ou politique.»

«Routine»

D’autant plus que, même si dans les grandes villes texanes -Austin, Dallas, Houston- un mouvement de citoyens mais aussi d’avocats se battant contre la peine de mort se développe, la population locale y est en grande majorité favorable. Aranud Gaillard parle d’«une sorte de culture de la peine de mort au Texas». Un sondage de 2012 du Texas Tribune et de l’University of Texas montrait en effet que seuls 21% des Texans étaient opposés à la peine capitale.

«Il y a une impossibilité culturelle d’être indulgent envers les condamnés à mort, qui sont considérés comme des sous-hommes. Les Texans ont une indifférence totale à leur mort. Dès lors 500, ce n’est pas un chiffre si terrible pour eux», indique Arnaud Gaillard, qui décrit une «routine» qui s’installe, l’Etat mettant à mort en moyenne deux condamnés par mois.

Vers une baisse du nombre d’exécutions?

Cependant, le Texas devrait voir moins d’exécutions dans les prochaines années, selon le sociologue. «Le plus grand pourvoyeur de condamnations, le Comté de Harris, a changé de district attorney, et le nouveau requiert moins systématiquement la peine de mort.» A ce titre, le Texas suit la même voie que les Etats-Unis, qui vont doucement mais sûrement dans le sens de l’abolition, avec environ tous les deux ou trois ans un nouvel Etat qui abolit la peine de mort -comme le Maryland en mai dernier, et une baisse du nombre d’exécutions d’année en année

Si elle a lieu, l’exécution de ce mercredi sera en effet la 18e de 2013 aux Etats-Unis, contre 43 en 2012 et 2011. Au plus fort, en 2002, 71 condamnés étaient exécutés. Malgré tout au Texas, 282 condamnés à mort attendent leur exécution à ce jour, et dans les quatre prochains mois, l’exécution de sept d’entre eux est déjà programmée.