Edward Snowden: Poutine affirme ne pas l’avoir aidé à fuir et a hâte de le voir quitter Moscou

MONDE La taupe serait toujours en zone de transit à Moscou, selon le président russe...

avec AFP

— 

Ex-employé de la CIA et sous-traitant de la NSA, Edward Snowden, 29 ans, est la source des fuites sur les programmes de surveillance du renseignement américain.
Ex-employé de la CIA et sous-traitant de la NSA, Edward Snowden, 29 ans, est la source des fuites sur les programmes de surveillance du renseignement américain. — CAPTURE VIDEO (GUARDIAN)

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que Edward Snowden, l'ex-consultant de la NSA recherché par les Etats-Unis, se trouvait toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, levant le mystère sur le sort du jeune Américain. Il a insisté sur le fait que la Russie n'avait pas d'accord d'extradition avec les Etats-Unis mais a estimé que plus vite Snowden choisirait une destination, «mieux ce serait» pour la Russie et pour lui-même.

L'arrivée à Moscou d'Edward Snowden était «totalement inattendue», a ajouté Vladimir Poutine qui a par ailleurs rejeté les accusations de Washington à l'encontre de la Russie. «Toutes les accusations à l'encontre de la Russie sont du délire et des sornettes», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Turku, en Finlande.

Le Venezuela prêt à étudier une demande d'asile

L'Américain, âgé de 29 ans, à l'origine de spectaculaires révélations sur l'espionnage par l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine de communications téléphoniques et Internet aux Etats-Unis et à l'étranger, était invisible depuis dimanche, jour où selon la presse il avait quitté Hong Kong pour Moscou.

«Il est arrivé en tant que passager de transit et en tant que tel il n'a pas besoin de visa ni d'autres documents», a poursuivi Vladimir Poutine.

Lundi soir, la situation n'avait toujours pas évolué. Washington continue de faire pression sur Moscou ainsi que sur l'Equateur, la destation qui serait privilégiée par Snowden. Dans le même temps, le Venezuela a fait savoir qu'il n'avait pas reçu de demande d'asile officielle, mais qu'il était prêt à étudier cette possibilité, le cas échéant.