Traqué par les Etats-Unis, Edward Snowden continue son périple

DECRYPTAGE Parti de Hong Kong dimanche, l'ancien collaborateur de la CIA et de la NSA a atterri à Moscou et devait prendre un avion à destination de Cuba, mais il est introuvable...

Bérénice Dubuc

— 

Banderole de soutien à l'ancien employé de la CIA Edward Snowden, à Hong Kong, le 20 juin 2013.

Banderole de soutien à l'ancien employé de la CIA Edward Snowden, à Hong Kong, le 20 juin 2013. — Kin Cheung/AP/SIPA

Où est Edward Snowden?

C’est la question que tous les médias se posent. Dimanche, l’ancien collaborateur de la CIA et de la NSA est monté dans un avion de la compagnie russe Aeroflot à destination de Moscou. Il n'a toutefois pas été vu au point de contrôle des passeports du terminal F de l'aéroport Moscou-Cheremetievo dimanche, et semblait se trouver la nuit dernière dans la zone de transit de l'aéroport. L'ex-consultant de la CIA présente un grand intérêt pour les services secrets russes qui pourraient l’avoir interrogé, selon des experts.

Le nom de Snowden figurait parmi les passagers du vol Aeroflot décollant ce lundi à 14h05 (12h05 à Paris) à destination de Cuba, mais selon les services de sécurité de la capitale russe, il ne se trouvait pas à bord. Le jeune Américain, qui a demandé l'asile politique à l'Equateur depuis Moscou dimanche, «a probablement déjà quitté la Russie. Il a pu décoller à bord d'un autre vol. Il est peu probable que les journalistes aient été témoins de son décollage», a indiqué une source proche du dossier. Une autre source au sein des services de sécurité de l'aéroport a affirmé à l'agence officielle Itar-Tass que Snowden se trouvait encore dans la zone de transit de l'aéroport.

Pourquoi a-t-il quitté Hong Kong?

Vendredi, les Etats-Unis ont officiellement inculpé leur ressortissant d’espionnage et ont demandé au gouvernement hongkongais de l’appréhender en vue de son extradition, comme le permet un accord bilatéral entre les USA et Hong Kong. Ce dernier n’a pas obtempéré, avançant des  raisons juridiques: les documents fournis par l'administration américaine à l'appui de cette requête n'étant pas «totalement conformes aux exigences juridiques prévues par la loi de Hong Kong», un complément d'information a été sollicité. Mais Edward Snowden a entre-temps quité Hong Kong, et faute de dossier complété, il n'y avait «aucun fondement légal» pour l’en empêcher.

Comment ont réagi les Américains?

Ils ont révoqué le passeport d’Edward Snowden, qui encourt 30 ans de réclusion aux Etats-Unis, et ont demandé à ce qu’il soit empêché de poursuivre sa route. Cependant, l'Equateur pouvait lui délivrer le cas échéant un document de substitution. Les Etats-Unis ont également demandé ce lundi matin à Moscou sa coopération pour le renvoi aux Etats-Unis d’Edward Snowden, afin qu'il y réponde des charges pesant contre lui. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a menacé la Chine et la Russie de conséquences sur leurs relations en jugeant «très décevant» le fait que Snowden, qui a «trahi son pays», ait pu voyager de Hong Kong vers Moscou.

Risque-t-il d’être arrêté?

Selon une «source informée» citée par l'agence russe Interfax, la Russie ne dispose pas de motifs pour arrêter et extrader Snowden qui a publié des informations explosives sur la surveillance électronique américaine. «Edward Snowden n'a pas commis de crime sur le territoire russe. Les services de sécurité russes n'ont pas été chargés par Interpol de l'arrêter. Il n'y a donc pas de motif pour arrêter ce passager en transit», a déclaré cette source. L'expert militaire Pavel Felgenhauer a souligné que la Russie n'avait pas d'accord d'extradition avec les Etats-Unis.

Cependant, l'avion qu’est censé prendre Snowden ce midi doit traverser une zone aérienne géré  par le centre de contrôle de New York, ce qui pourrait permettre aux Etats-Unis de contraindre l'avion à atterrir sur leur territoire.

Mots-clés :