La police turque utilise des canons à eau pour disperser les manifestants de retour à Istanbul

TURQUIE Les manifestants étaient de retour place Taksim après plusieurs jours de calme...

avec AFP

— 

Des manifestants arrosés au canon à eau par la police à Istabul le 22 juin 2013.
Des manifestants arrosés au canon à eau par la police à Istabul le 22 juin 2013. — Petr David Josek/AP/SIPA

La police turque a fait usage de canons à eau pour disperser des milliers de manifestants de retour samedi sur la place Taksim à Istanbul, après plusieurs jours de calme qui succédaient à trois semaines de manifestations sans précédent contre le gouvernement issu de la mouvance islamiste, a constaté un journaliste de l'AFP.

>> Les visages de la colère en Turquie: Voir notre diaporama

Les manifestants s'étaient rassemblés sur la place Taksim pour commémorer l'assaut donné par la police une semaine plus tôt dans le parc Gezi, jouxtant la place et dernier bastion de la contestation antigouvernementale.

Canons à eau mais pas de lacrymo

Les contestataires ont conspué le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, appelant à sa démission et scandant «ce n'est qu'un début, continuons le combat», avant de jeter des oeillets rouges sur la place et sur les marches menant au parc Gezi, en hommage aux morts, aux blessés et aux personnes arrêtées au cours de la répression policière des manifestations.

Mais après une heure et demie et des sommations appelant les manifestants à évacuer la place, la police est entrée en action, des centaines de membres de la police antiémeute repoussant la foule avec leurs boucliers, appuyés par des canons à eau.

La police n'a pas en revanche utilisé sur la place de grenades lacrymogènes, dont l'usage massif contre les manifestants au cours des dernières semaines avait été très critiqué, notamment par les associations de médecins.